Plus de résultats
En ce moment
Sabahiyate: Le psoriasis, une maladie affligeante influencée par le moral
Santé

Sabahiyate: Le psoriasis, une maladie affligeante influencée par le moral

Disgracieux voire gênant, le psoriasis se manifeste par des plaques rouges avec au-dessus une croûte blanche  épaisse qui se détache de la peau.  Souvent localisées au niveau des articulations (coudes, genoux, mains), sur le cuir chevelu, le bas du dos, et les ongles, mais aussi les paumes des mains et les plantes des pieds.  Ces lésions peuvent parfois être douloureuses et accompagnées de démangeaisons. Explications de Dr Leila BICHRA, médecin spécialiste en dermatologie dans cette édition de Sabahiyate :

C’est une maladie chronique de la peau qui affecte aussi bien les hommes que les femmes, tous âges confondus. Non contagieuse, elle est évolutive et très influencée par notre moral et nos états d’âme. Le stress, l’angoisse et la déprime peuvent déclencher des poussées inflammatoires des lésions squameuses alternées par des phases de rémission (disparition des plaques).

Causes et facteurs de risques

Le psoriasis serait dû à une reproduction très rapide des cellules de l’épiderme car les causes directes des lésions restent méconnues. A l’heure actuelle, seuls les facteurs de risque sont identifiés à savoir l’hérédité, des infections bactériennes de l’enfance, une baisse d’immunité et le facteur psychologique.

Diagnostic et prise en charge

Le diagnostic est simple, il repose sur l’examen clinique et ne nécessite pas d’analyses complémentaires. Le traitement médical peut être local/cutané via l’application de crèmes à base d’urée et d’acide salicylique et de pommades à base de corticoïdes  (une hormone aux propriétés anti-inflammatoires) ou des préparations dermatologiques alliant corticoïdes et le calcipotriol (un dérivé de la vitamine D).

Quand le psoriasis touche le cuir chevelu, le traitement est administré sous forme d’une lotion et des shampooings à base d’acide salicylique.

En complément de ces crèmes, les médecins ont recours à des traitements comme la photothérapie et la Puvathérapie pour réduire l’inflammation et les poussées. Certains cas inflammatoires sont pris en charge par la biothérapie qui a prouvé son efficacité mais qui reste toutefois onéreuse.

Prévention

  • Les médecins recommandent d’éviter les situations stressantes et les crises de nerfs.
  • Il faut également arrêter le tabac qui est un facteur aggravant des poussées inflammatoires.
  • Les personnes affectées nécessitent un accompagnement et/ou soutien psychologique.
  • Les gommages et les bains de vapeur très chauds/humides (hammams) sont strictement interdits.
  • Les corticoïdes injectables sont  formellement contre-indiqués. Inversement, une exposition au soleil (rayons UV) est vivement recommandée (20-30 minutes/jour).

 

 

 

 

 

 

Les contenus liés

Les articles à la une