Plus de résultats
En ce moment
Nfehmou Ouladna: Trouble déficit d’attention avec ou sans hyperactivité (TDA-H)…
Santé de vos enfants

Nfehmou Ouladna: Trouble déficit d’attention avec ou sans hyperactivité (TDA-H), les signes alarmants

Selon les recherches médicales, le Trouble déficit d’attention avec ou sans hyperactivité pourrait relever d’un dysfonctionnement cérébral, d’un problème de développement de certaines régions du cerveau ou encore d’un déséquilibre dans le taux de la dopamine (DA, une molécule biochimique qui transmet les informations entre les cellules nerveuses). 2 à 5% de la population (enfants, adolescents et adultes) serait concernée. Quels sont donc les ses symptômes du TDA-H et comment le diagnostiquer-t-on ? Réponse avec Dr Ghita ALAMI, psychologue clinicienne, spécialisée dans le travail thérapeutique auprès des enfants et des adolescents.

Le TDA-H se distingue par trois principaux signes à savoir une hyperactivité excessive (à l’école comme à la maison), une impulsivité prononcée (aux conséquences dangereuse aussi bien pour l’enfant que pour son entourage) et des difficultés d’attention et de concentration.  

Plusieurs facteurs d’ordre affectifs et émotionnels ainsi que le facteur génétique pourraient être à l’origine du trouble déficitaire d’attention-hyperactivité.

Prise en charge et suivi médical

Le dépistage du TDA-H repose, dans un premier temps, sur le bilan neuro-psychologique (regroupant une série de tests pour évaluer l’intelligence de l’enfant complété par un examen ophtalmologique et un bilan orthophonique complets). Après la confirmation du diagnostic, l’enfant/l’adolescent doit être suivi par un pédopsychiatre/psychiatre qui adapte le traitement aux besoins de son patient.

Parallèlement à la thérapie, les enfants avec TDA-H doivent faire l’objet d’une attention particulière notamment en milieu scolaire, les parents doivent sensibiliser les enseignants pour aider l’enfant à s’adapter et surtout à centraliser son attention pour atténuer l’agitation en le plaçant toujours aux premiers rangs, le plus loin possible de la porte pour éviter toutes sources de distraction.

A la maison, l’espace de travail de l’enfant doit être aménagé dans une pièce calme, sans trop d’informations (jouets et autres objets) qui pourraient détourner l‘attention.

Les contenus liés

Les articles à la une