Plus de résultats
En ce moment
"Nfehmou Ouladna": Comprendre la dépression chez le jeune enfant et l’adolescent
Psychologie

"Nfehmou Ouladna": Comprendre la dépression chez le jeune enfant et l’adolescent

2m.ma2m.ma

Aussi étonnant que cela puisse paraître, les enfants eux aussi peuvent souffrir de dépression même si elle est plus courante chez les adolescents (2 à 3%).  Ce trouble de l’humeur toucherait 0,5 à 2% des jeunes enfants. Souvent assimilé à des épisodes de tristesse ou à de l’angoisse, les parents ont du mal à reconnaître qu’il s’agit en effet d’une dépression et parfois refusent même de l’admettre. Comment reconnaître les signes de l’humeur dépressive et quel comportement adopter face à la maladie ? Eléments de réponse dans "Nfehmou Ouladna" avec Dr Hasnaa CHEMSI, pédopsychiatre :

Un enfant dépressif présente plusieurs signes qui pourraient alarmer les parents. Ces symptômes peuvent varier d’un enfant à l’autre. Il s’agit de changements brusques dans le comportement de l’enfant et son humeur à savoir :

  • Une angoisse profonde qui dure dans le temps
  • Une grande irritabilité
  • Un isolement social
  • Des douleurs physiques comme les maux de tête et les douleurs abdominales (maux de ventre)
  • Une perte inexpliquée d’autonomie
  •  Des fuites urinaires involontaires.

Dans des cas plus sévères de troubles dépressifs pré-pubères, certains enfants peuvent même avoir des idées suicidaires et parfois passer à l’acte (tentatives de suicides).

Des causes multiples

Les enfants atteints de maladies psychologiques chroniques, d’autisme ou de maladies neurologiques sévères sont susceptibles d’être dépressifs.

Le facteur héréditaire joue également un rôle important, si l’un des parents souffre d’un trouble dépressif.

Une vie familiale instable : Conflits entre les parents,  famille monoparentale, des parents toxicomanes…

Des troubles d’apprentissage comme la dyslexie, une pression à l’école…

Les enfants victimes d’harcèlement scolaire.

Quand faut-il s’inquiéter ?

Si l’état de tristesse persiste chez l’enfant au-delà de deux semaines, les parents et l’entourage devrait s’alarmer. Le premier réflexe à avoir est de consulter un spécialiste en l’occurrence  un pédopsychiatre ou un psychiatre.

Le traitement dépend de chaque cas. Une prise en charge psychologique est indispensable dans le processus de la thérapie notamment les séances d’écoute. Certaines formes de dépression nécessitent une prescription médicamenteuse basée sur les antidépresseurs.

Soutien psychologique

Parallèlement à la thérapie, les parents devraient faire preuve de compréhension et d’avantage d’affection. Un enfant avec un trouble dépressif a besoin de tendresse et d’intérêt. Il ne faut pas hésiter à partager des activités ensemble. Combler le vide chez les enfants en passant davantage de temps avec eux.

Accompagnez les enfants et les motiver à nouer des liens d’amitiés avec leurs pairs.

En cas d'harcèlement scolaire, sensibiliser les professeurs et les responsables pédagogiques.

Les contenus liés

Les articles à la une