Plus de résultats
En ce moment
Portrait

Koullouna Abtal: Trois belles success stories à découvrir en Replay

2m.ma2m.ma

Adil BENMOUSSA et ses équipes dressent les portraits d’anonymes et de personnalités connues qui se sont distingués dans un domaine donné. Des hommes et femmes, jeunes et moins jeunes dont le vécu ne peut laisser indifférent que ce soit par leurs expériences, leurs projets ou leurs actions humanitaires… En mai, l’équipe de «Koullouna Abtal» est allée  à la rencontre de trois «Héros» dont le parcours suscite l’admiration autant par la persévérance que par l’humilité… Revoir «Koullouna Abtal» du jeudi 3mai en Replay :

 

Azeddine IBRAHIMI : Scientifique chevronné et excellent mentor

La côté de popularité du professeur Azzedine IBRAHIMI est monté d’un cran depuis  la seconde vague de la pandémie au Maroc (Septembre 2021). Très peu visible, aux projecteurs médiatiques, au début de la crise sanitaire, le Directeur du Laboratoire de biotechnologie médicale à la Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat «MedBiotech» concentrait son savoir-faire dans la recherche au laboratoire à la tête du  projet "Genoma" (un programme national mené par une coalition de chercheurs pour analyser plus de 3000 génomes du virus Covid-19 au niveau mondial).

Membre du Comité national technique et scientifique consultatif de vaccination, le Professeur natif de Ksar El Kébir se démarque davantage lors du lancement de la campagne de vaccination grâce à ses explications simplifiées et son ton rassurant. Pas étonnant pour un grand pédagogue mais c’est surtout son humilité qui force le respect…

Etudiant brillant, il se spécialise en biosciences. Avec les meilleurs éléments de sa promotion, il est sélectionné pour suivre une formation à l’Université de Nice. Lorsqu’il obtient son doctorat à 26 ans, il saisit l’opportunité de regagner New York où il découvre une toute nouvelle approche de la biologie moléculaire pendant 11 ans… Une véritable richesse pour son parcours. Son attachement très fort envers KSAR KEBIR et ses racines finit par prendre le dessus… De retour au bercail, il consacre son temps libre au bénévolat dans sa ville natale. 

«Ammi Driss», le meilleur allié des enfants aux années 70-80

«Ammi Driss», le générique résonne encore dans la mémoire des enfants des années 70-80 ! La série qui porte le même nom du mythique personnage. Ce n’est pas un hasard si l’artiste Idriss KARIMI, de son vrai nom, était le meilleur allié des enfants. Auteur et réalisateur, il a été le premier à imaginer une série marocaine pour les enfants.

Né en 1945 à Casablanca, il fait ses débuts dans une émission radio «B’ba Hamdoune» à l’âge de 13 ans aux côtés de l’artiste Idriss EL ALLAM qui a influencé son parcours. 7 ans après, il intègre la troupe des amateurs du théâtre (Masrah El Houat). Parallèlement, il prend des cours d’art dramatique et s’initie au solfège au conservatoire municipal de la métropole. Il allie théâtre et chant pour s’adonner à sa passion dans les règles de l’art. C’est à la maison des jeunes de Bouchentouf qu’il monte sur scène pour la première fois.

En 1986, il écrit «Ammi Driss» une série pour enfants de 33 épisodes qu’il conçoit de A à Z. Après le succès, il décide de prendre une pause et s’éclipse pour se revenir en force dans différents rôles au cinéma et à la télévision.

 

Rachid EL MENDILI, l’enfant béni de Tizi N’Oucheg

Rachid EL MENDILI a fait beaucoup d’heureux  à Tizi N’Oucheg.  Grâce à ce militant associatif, les habitants de ce petit douar du Grand Atlas ont désormais accès à l’eau potable et au réseau d’assainissement. Parmi les  fruits de son engagement associatif, la construction de bassins de rétention des eaux pluviales pour développer l’agriculture locale. La seule école du village a pu rouvrir ses portes et tous les enfants en âge de scolarisation y sont inscrits…

Natif de Tizi N’Oucheg, ce petit berger rejoint les bancs de l’école à l’âge de 11 ans… Un trajet quotidien de 14 km qui lui permettait de nourrir ses rêves qui le conduiront à Casablanca puis à Marrakech. Jusqu’à 1999, lorsqu’il se marie et décide de rentrer au douar et y faire construire un gîte touristique.

Les contenus liés

Les articles à la une