Plus de résultats
En ce moment
Sahara marocain : L'Espagne réitère sa position "inchangée" après le dérapage d…
Diplomatie

Sahara marocain : L'Espagne réitère sa position "inchangée" après le dérapage d'un membre de son gouvernement

DR
2M.ma2M.ma

Réagissant à une rencontre tenue, vendredi 21 février 2020, entre le secrétaire d'Etat espagnol aux Droits sociaux, Nacho Alvarez, et une délégation de la soi-disant "rasd", conduite par la prétendue "ministre sahraoui des affaires sociales et de la promotion de la femme", la dénommée Souilma Birouk, la ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha González Laya a indiqué avoir expliqué à son homologue marocain, Nasser Bourita, lors d'un entretien téléphonique, que les informations rapportées par les médias "ne reflètent pas la position de l'Espagne" sur la question du Sahara. ​​​​

La position de l'Espagne sur le Sahara «reste inchangée car il s'agit d'une position de l'Etat espagnol", a réitéré, dimanche soir, la ministre espagnole des Affaires étrangères sur son compte twitter a​​​​​​​près l'étonnante et irresponsable sortie de Nacho Alvarez, qui avait reçu dans son bureau à Madrid une délégation de la fantomatique "rasd"  et avait exprimé sur son compte twitter "sa solidarité avec le peuple sahraoui".

La ministre espagnole des Affaires étrangères a ainsi tenté de corriger l'erreur du secrétaire d'Etat assurant que l'Espagne maintenait sa position concernant le Sahara marocain, "une position d’Etat qui n’est pas tributaire des changements de gouvernements ou de coalitions", comme elle l'avait exprimé le 24 janvier dernier, lors d'une visite officielle à Rabat. 

Autrement dit, l'arrivée au pouvoir du parti de l'ultra-gauche espagnole, Podemos, ne pourra pas influencer cette constante de la diplomatie espagnole.



Sur son compte twitter, González Laya a aussi réaffirmé que son pays "ne reconnaît pas" la pseudo "rasd". La cheffe de la diplomatie espagnole a ajouté que son pays défend la centralité des Nations unies dans la recherche d’une solution à ce différend régional dans le cadre des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité de l’ONU.
 



Selon des sources du ministère espagnol des Affaires sociales, citées par l'agence Efe, la réunion entre Nacho Alvarez ​​​​​​​et une délégation de la soi-disant "rasd" n'avait aucun fond politique et aucun soutien n'a été exprimé à l'égard du "polisario". 

Pourtant, Alvarez avait bel et bien exprimé dans un tweet, supprimé par la suite, son soutien au mouvement séparatiste. "Nous lui (Souilma Birouk) avons exprimé notre engagement à poursuivre notre coopération dans le domaine de l’aide aux personnes vulnérables ainsi que notre solidarité avec le peuple sahraoui", avait écrit Nacho Alvarez. 

DR


 

Les contenus liés

Les articles à la une