Plus de résultats
En ce moment
Emouvantes obsèques à Rabat de Mustapha Alaoui, directeur de "Al Ousboue Assaha…
décès

Emouvantes obsèques à Rabat de Mustapha Alaoui, directeur de "Al Ousboue Assahafi"

2M.ma2M.ma
Modifié le

Les obsèques du directeur de l’hebdomadaire "Al Ousboue Assahafi" Mustapha Alaoui, décédé ce samedi 28 décembre à l’âge de 83, des suites d’une longue maladie, ont eu lieu cette après-midi à Rabat.

Après les prières d’Al-asr et du Mort, le cortège funèbre s’est ébranlé vers le cimetière de Sidi Messaoud au quartier Ryad où le défunt a été inhumé.

Le regretté a été accompagné à sa dernière demeure par des membres de sa famille, ses amis, et d’un grand nombre de personnalités du monde de la communication, des médias, de la politique et de lettres. 

Dans un climat de piété et de recueillement, des versets du Saint Coran ont été lus pour implorer le Très-Haut d’accueillir le défunt dans Son vaste Paradis parmi les Prophètes, les saints, les martyrs et les vertueux, et de lui accorder mansuétude et bénédiction.

Né le 28 décembre 1936 à  Fès, Feu Mustapha Alaoui a travaillé pendant de longues années dans le domaine du journalisme, où il a côtoyé plusieurs générations.

Il a obtenu son baccalauréat à Rabat avant de poursuivre ses études à l’École nationale de l’administration.

Le regretté était fonctionnaire du ministère de l’Éducation nationale avant d’épouser le métier de journaliste pendant de longues années et de gravir les échelons, pour occuper notamment les postes de rédacteur en chef et de directeur de l'hebdomadaire "Al Ousboue Assahafi". 

Suivant le conseil de l’un de ces anciens professeurs, qui a détecté chez lui son penchant pour le journalisme, le défunt va réussir à décrocher une bourse d’études pour une formation de deux ans à Paris. Lors de ces deux années de formation, il va pouvoir s’exercer au métier du journalisme  dans plusieurs grandes rédactions, notamment, au Figaro, au journal Le Monde et à France Soir.  

Feu Mustapha Alaoui était connu par sa rubrique intitulée "Alhaqiqa Addaiâa" (la vérité perdue, ndlr), publiée chaque semaine sur les colonnes de "Al Ousboue Assahafi". 

 
 
 
 

 

Les contenus liés

Les articles à la une