Plus de résultats
En ce moment
Le virologue Jean-Michel Pawlotsky à Radio 2M : la protection fournie par la va…
Santé

Le virologue Jean-Michel Pawlotsky à Radio 2M : la protection fournie par la vaccination est une réalité

2M.ma2M.ma

A l'heure où les projecteurs sont braqués sur le nouveau variant du Sars-Cov-2, "Omicron", plusieurs interrogations font (ou refont) surface. Quelle est la cause des mutations récurrentes qui aboutissent à l'émergence de nouveaux variants? Comment peut-on diminuer le risque de leur apparition? Et, surtout, la vaccination peut-elle prémunir contre ces nouvelles souches de coronavirus?

Dans des propos accordés à Radio 2M, Pr. Jean Michel Pawlotsky, médecin virologue de l'hôpital Henri-Mondor à Paris, explique que les chances de voir le virus muter et se transmettre dans sa nouvelle forme augmentent sensiblement avec "la hausse du nombre d'infections de longue durée". 

Statistiquement, un nombre élevé de contaminations conduit à une hausse des cas d'infections de longue durée. "Plus il y a des gens qui font des infections plus longues, plus le virus a des chances de muter et de se transmettre", a indiqué le virologue, en livrant une précision de taille : les différents variants du virus "ont pratiquement tous émergé dans des régions où il n'y avait pas eu, ou peu, de vaccinations".

Ainsi, selon Pr. Pawlotsky, une vaccination massive réduit le nombre d'infections, et par conséquent le nombre des infections de longue durée, ce qui abouti inéluctablement à la réduction des risques de transmission de mutations et, par conséquent, de l’émergence de nouveaux variants. 

La protection fournie par la vaccination est donc "une réalité" et sa généralisation doit être étendue "dans tous les pays du monde, à commencer par les personnes les plus fragiles mais aussi l'étendre à l'ensemble de la population", assure le professeur.

Cette affirmation est illustrée par les données recueillies autour du variant Delta, en cause des deux dernières vagues épidémiques en Europe. Durant ces vagues, "la quasi-totalité des malades qui ont été hospitalisés ou admis en réanimation sont des malades non vaccinés", informe Pr. Pawlotsky.

Le virologue affirme aussi, à la lumière de ces mêmes données, que la vaccination "protège à 95% contre la manifestation d'une forme grave de la maladie", que les chances d'hospitalisation et d'admission en réanimation baissent drastiquement, et que les probabilités de décès du covid-19 pour une personne vaccinée sont "infinitésimales", "à condition que le taux d'anticorps soit bon, d'où l'importance de la troisième dose dite de rappel".

 

Les contenus liés

Les articles à la une