Plus de résultats
En ce moment
Pr. Amal Bourquia à 2M.ma : La pandémie de la Covid-19 a ralenti le don d’organ…
Santé

Pr. Amal Bourquia à 2M.ma : La pandémie de la Covid-19 a ralenti le don d’organes au Maroc

Le monde célèbre ce dimanche 17 octobre 2021 la journée mondiale du don et de la transplantation d’organes. Promulguée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2005, cette journée a  pour objectif de sensibiliser  davantage la population mondiale sur l’importance de cet acte de générosité et de solidarité qui sauve des vies. D’autant plus que la pandémie de la Covid-19 a provoqué un  ralentissement du nombre de dons et greffes d’organes et de tissus dans le monde.

Contactée par 2M.ma, Mme Amal Bourquia, professeure de néphrologie et néphrologie pédiatrique et présidente de l’association ‘’Reins’’, estime que la crise sanitaire liée au Covid-19 a ralenti le don d’organes tout en affirmant que même avant la pandémie, le pays a toujours accusé un retard en matière de transplantation.

D’ailleurs « depuis 1986, seulement 600 transplantations rénales ont été réalisées au Maroc, avec près de 1.100 donneurs potentiels», a fait savoir la néphrologue. Ces chiffres alarmants s'explique, selon Pr. Bourquia, par le fait que le Maroc connaît aussi bien des difficultés de recourir au donneur vivant que la rareté de donneur en état de mort encéphalique.  La méconnaissance de la part des patients des aspects médicaux, de la législation, du point de vue de la religion,  ainsi que le manque de communication et la rareté de l’information sur le sujet pourraient expliquer en partie cette situation.

Pr. Amal Bourquia rappelle que les organes les plus couramment données sont le rein, le foie, le cœur, les poumons, le pancréas et des parties de l'intestin. Également, le don peut concerner les tissus tels que des os, des artères, des valves cardiaques, des veines, des tendons, des ligaments et la cornée.

Comment devenir donneur au Maroc?

La procédure est simple. Il faut se présenter au Tribunal de première instance de la ville de résidence muni de la carte d’identité, et s’adresser au responsable du Registre du don puis remplir le formulaire et signer le registre qui sera par la suite validé par le juge en charge de ce registre. « Les personnes souhaitant faire un don d’organes sont bien protégées par la loi au Maroc», a rassuré  la présidente de l’association ‘’ Reins’’.

 

 

 

 

Les contenus liés

Les articles à la une