Plus de résultats
En ce moment
Covid-19/Nutrition : les recommandations du ministère marocain de la Santé
Santé et nutrition

Covid-19/Nutrition : les recommandations du ministère marocain de la Santé

2M.ma2M.ma

Le ministère de la Santé a publié récemment un guide de nutrition dans le contexte de la pandémie  due la Covid-19 à l’usage des professionnels du secteur.  Ce guide apporte des informations sur la nutrition,  d'une part, et d’autre part, formule des recommandations nutritionnelles pour les personnes âgées, la femme enceinte et allaitante,  ainsi que la prévention contre l’excès du poids.

Selon le ministère, ce guide «  incitera le personnel médical à s’investir davantage dans le soutien nutritionnel nécessaire pour optimiser la réponse du système immunitaire et améliorer le statut nutritionnel des individus afin de mieux faire face à cette situation sanitaire liée à la Covid-19 ».  

Pour renforcer le système immunitaire, le département de la santé conseille vivement « d’assurer un apport adéquat en énergie et en protéines dans l’alimentation quotidienne tout en respectant les besoins requis pour chaque genre et chaque tranche d’âge». Il est recommandé, également, « de boire suffisamment d’eau, des tisanes, du thé sans sucre ajouté et des soupes ».

   « Pour déterminer si l’apport des liquides est suffisant, c’est d’avoir des urines diluées (couleur très claire)» indique la même source.

Concernant la consommation des aliments, le guide conseille vivement de prendre un petit déjeuner complet quotidiennement pour stimuler le système immunitaire. Ce repas doit inclure des œufs, du lait demi-écrémé, du fromage allégé en gras et en sel d’ajout, du pain à base de grains entiers et des légumes, ainsi que l’eau et boissons chaudes sans sucre ajouté (thé, verveine, etc…) et/ou du jus de fruits nature sans sucre ajouté.

Les acides gras insaturés (avocat, poisson, fruits secs, huile d’olive, huile de tournesol, et huile de maïs, huile d’argan) doivent être privilégiés par rapport aux acides gras saturés (graisses animales, beurre, crème, viande grasse,…) et aux acides gras (margarine, biscuits, viennoiseries,…), recommandent les auteurs de ce guide.

 S’agissant de  la cuisson, ils conseillent de ne jamais chauffer les huiles au-delà de leurs degrés de cuissons spécifiques pour chaque type d’huile. Toutefois, il est important de distinguer entre « huiles de cuissons et huiles d’assaisonnement ».

Par ailleurs, le ministère de la Santé conseille d’éviter les fast-foods et les viandes transformées car elles contiennent des niveaux élevés d’acides gras saturés, indésirables pour la santé et le fonctionnement du système immunitaire.   Le ministère de la Santé insiste, également,  sur un apport suffisant en vitamine D.

 

 

 

Les personnes âgées sont appelées à redoubler de vigilances

Les paramètres physiologiques des personnes âgées de plus de 60 ans sont très différents d’une personne plus jeune, ce qui les oblige à plus de vigilance, surtout dans cette période de pandémie. Les besoins énergétiques de la personne âgée sont presque identiques à ceux de l’adulte jeune : 25 à 30 Kcal/kg/J, cet apport peut augmenter selon l’état nutritionnel de la personne âgée.

Pour éviter l’aggravation de la fonte musculaire, l’apport nutritionnel conseillé en protéines est de 1 à 1,2g/kg/j sous forme de protéines animales (viandes, poissons …) et végétales (amande, noix, haricots rouges, lentilles, pois chiches, pois cassés, céréales…)

Les femmes touchées par la Covid-19,  peuvent allaiter en toute sécurité

Une saine alimentation, combinée à la prise des micronutriments, fournit aux femmes les nutriments dont elles ont besoin pour se sentir bien et avoir de l’énergie, tout en favorisant une grossesse en santé.

Pour les femmes enceintes et allaitantes, il est conseillé  de prendre 4 repas par jours ( 3 principaux+1 goûter) , boire au moins 2L d’eau par jour (eau, thé léger, café léger, tisane, soupe…) mais également, suivre la prise du poids périodiquement lors des consultations . Les bienfaits de l’allaitement sont importants pour le nouveau-né.

 

 A ce propos, le ministère  de la Santé rassure les femmes qui allaitent en signalant que le risque de transmettre la Covid-19 par le lait est faible puisqu’il s’agit d’un virus respiratoire.

À ce jour, et d’après des études réalisées auprès des femmes infectées par le virus et qui allaitent, il s’est avéré que le virus n’existe pas dans le lait maternel. Cela dit, elles doivent prendre certaines mesures.

 La mère touchée par  la Covid-19 peut continuer à s’occuper de son enfant à condition d’utiliser un masque facial, de maintenir une distance physique avec les autres personnes d’au moins 1 mètre et d’éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche.

Le surpoids augmente le risque de complication de la Covid-19

Des études récentes ont démontré qu’un surpoids important constitue la principale comorbidité en lien avec les formes sévères de Covid-19, cette association entre surpoids et formes sévères était déjà connue pour d’autres infections respiratoires telles que la grippe A(H1N1). Toute diminution de la masse graisseuse constituera une chance supplémentaire de mieux résister au coronavirus. Soulignons que le dépistage systématique des troubles nutritionnels (dénutrition, surpoids et obésité) est nécessaire pour identifier les personnes à risque et assurer leur prise en charge.

Quelles sont les bonnes pratiques pour éviter les toxi-infections ?

 Les emballages peuvent avoir été contaminés par des mains souillées lors de leur manipulation par une personne infectée (via les mains, éternuements…). Même si le virus causant la maladie ne peut survivre plus de 3 h sur les surfaces des emballages, essuyer les emballages avec un essuie tout à usage unique humidifié constitue cependant une précaution supplémentaire. On peut également laisser reposer les produits emballés non réfrigérés trois heures après les avoir ramenées à la maison lorsqu’il ne s’agit pas de produits frais.

Le ministère de la Santé recommande, également,  d’éviter de préparer les repas en cas de symptômes de gastro-entérite et de syndrome grippal. En cas d’impossibilité de se faire remplacer, être très vigilant sur le lavage des mains et privilégier des aliments nécessitant peu de préparation ou une cuisson.

 

 

 

 

Les contenus liés

Les articles à la une