Plus de résultats
En ce moment
Maroc/Covid-19 : A cause de la pandémie, il y a eu un net ralentissement des li…
Littérature

Maroc/Covid-19 : A cause de la pandémie, il y a eu un net ralentissement des livres en librairie (Interview)

Les éditions “Langages du Sud” ont lancé, récemment, “Lina & Adam”, une nouvelle série animée 3D qui propose un contenu ludique et pédagogique destiné aux enfants de 3 à 8 ans. Développée avec le soutien du programme Afrique Créative de l’Agence française de développement (AFD), la série est adaptée de la collection jeunesse “Lina & Adam”. Dans une interview accordée à 2M.ma, Patricia Defever, directrice générale de Langages du Sud nous parle de cette série animée 3D et de ses projets à venir.

Comment est née l’idée de créer la série animée 3D Lina et Adam ?

Patricia Defever : Nous avons lancé il y a un peu plus de 4 ans des collections ludo-pédagogiques pour les enfants de 4 à 9 ans. Nous souhaitions les adapter en série animée; c’est pourquoi quand l’appel à projet de l’AFD s’est présenté, nous avons répondu et ceci nous a donné l’impulsion et les moyens pour mettre en œuvre notre projet dans le programme Afrique Créative de l’AFD. Nous avons réalisé un gros travail d’adaptation toute l’année pour transformer les ouvrages sous forme de série. Nous avons travaillé sur le caractère de nos deux héros ‘’Lina et Adam’’ et sur leur entourage familial et amical.

Quel impact a eu la Covid-19 sur le secteur de l’édition et comment se porte-t-il ?

Patricia Defever : A cause de la pandémie, il y a eu un net ralentissement des livres en librairie au Maroc comme à l’international. Les sorties ont été décalées et ceci est un problème à gérer avec nos diffuseurs. Par contre ceci nous a encouragés chez Langages du Sud dans tous nos développements digitaux qui étaient déjà engagés.

Quel plan de relance suggériez-vous ?

Patricia Defever: Il me semble qu’il serait important pour aider le secteur de l’édition de soutenir et de subventionner la diffusion des ouvrages surtout auprès des jeunes enfants. Il faut leur apprendre à tourner les pages d’un livre et à le regarder avant même de savoir lire.

Que conseillez-vous à un écrivain qui voudrait faire publier son livre ?

Patricia Defever : C’est un long chemin et compliqué car les maisons d’édition ne peuvent pas dans le monde d’aujourd’hui prendre beaucoup de risque. Mais il faut persévérer car écrire est une chose magnifique. Il faut parfois plutôt s’orienter vers des petites maisons qui l’accompagneront au plus près et s’appuyer sur les réseaux pour démultiplier sa visibilité.

Comment définiriez-vous le lecteur-type du roman marocain ?

Patricia Defever : Je ne suis pas certaine qu’il y ait de lecteur type car il y a plusieurs formes romanesques et elles ne correspondent pas toutes au même lecteur.

Quels sont vos projets à venir ?

Patricia Defever : Continuer à révéler pour transmettre au travers de nos collections jeunesse, de nos collections de beaux livres, de nos plateformes digitales et de nos dessins animés. Enfin continuer à nous internationaliser et à faire rayonner le Maroc partout.

 

 

Les contenus liés

Les articles à la une