Plus de résultats
En ce moment
Maladies cardiaques, diabète, alzheimer... l'OMS dévoile les principales causes…
Santé

Maladies cardiaques, diabète, alzheimer... l'OMS dévoile les principales causes de décès dans le monde

2M.ma2M.ma

Les maladies non transmissibles représentent désormais 7 des 10 principales causes de décès dans le monde, selon les Estimations sanitaires mondiales 2019 publiées par l’Organisation Mondiale de la Santé sur son site officiel

Selon l’OMS, ces chiffres témoignent d’une forte augmentation par rapport à 2000 où on ne comptait que 4 maladies non transmissibles parmi les 10 principales causes de décès.

Ces nouvelles données, qui couvrent la période allant de 2000 à 2019 inclus, mettent en évidence la nécessité d’insister davantage à l’échelle mondiale sur la prévention et le traitement des maladies cardiovasculaires, du cancer, du diabète et des maladies respiratoires chroniques, ainsi que sur la lutte contre les traumatismes, dans toutes les régions du monde, écrit l’OMS.

Les maladies cardiaques restent la principale cause de décès ; le diabète et la démence entrent dans les 10 premières

D’après l’Organisation, les maladies cardiaques restent la principale cause de décès au niveau mondial ces 20 dernières années. Cependant, elles tuent maintenant plus que jamais auparavant.

Le nombre de décès dus aux maladies cardiaques a augmenté de plus de 2 millions depuis 2000, pour atteindre près de 9 millions de décès en 2019, précise l’OMS notant que ces maladies représentent maintenant 16 % du total des décès, toutes causes confondues.

La maladie d’Alzheimer et d’autres formes de démence figurent aussi parmi les 10 principales causes de mortalité dans le monde et se classaient au troisième rang en Amérique et en Europe en 2019, ajoute l’OMS précisant qu’à l’échelle mondiale, 65 % des décès dus à la maladie d’Alzheimer et à d’autres formes de démence concernent des femmes.

Toujours selon l’Organisation, le nombre de décès imputables au diabète a augmenté de 70 % dans le monde entre 2000 et 2019, avec une hausse de 80 % du nombre de décès chez les hommes. « En Méditerranée orientale, les décès dus au diabète ont plus que doublé et représentent la plus forte progression en pourcentage de toutes les régions de l’OMS », peut-on-lire sur le site de l’OMS.

Baisse mondiale du nombre de décès dus à des maladies transmissibles

En 2019, la pneumonie et d’autres infections des voies respiratoires inférieures composaient la catégorie la plus meurtrière de maladies transmissibles et, ensemble, elles se classaient au quatrième rang des causes de décès, indique l’OMS.

Toutefois, par rapport à 2000, ce sont près d’un demi-million de personnes de moins qui ont perdu la vie à cause des infections des voies respiratoires inférieures, précise l’OMS.

L’Organisation note également que le VIH est passé de la huitième cause de décès en 2000 à la 19e en 2019, ce qui témoigne du succès des efforts déployés ces 20 dernières années pour prévenir l’infection, dépister le virus et traiter la maladie.

« Bien qu’il reste la quatrième cause mortalité en Afrique, le nombre de décès à cause du VIH a chuté de plus de la moitié, passant de plus d’un million en 2000 à 435 000 en 2019 sur le continent », déplore l’Organisation.

précise aussi que la tuberculose ne figure plus dans les 10 premières causes de mortalité au niveau mondial. « Elle est ainsi passée de la septième place en 2000 à la treizième en 2019, pour une baisse de 30 % du nombre de décès dans le monde. Pourtant, elle reste parmi les 10 principales causes de mortalité dans les Régions africaine et de l’Asie du Sud-Est, où elle occupe respectivement la huitième et la cinquième places », écrit l’OMS.

Les accidents de la route et la consommation de drogue sont aussi un facteur important de décès

Les traumatismes représentent aussi, selon l’OMS, une autre grande cause d’invalidité et de décès. Le nombre d’accidents de la route a fortement augmenté dans la Région africaine depuis 2000, ce qui a conduit à une augmentation de près de 50 % du nombre de décès et d’années de vie en bonne santé perdues.

« On a également observé des augmentations semblables, quoique légèrement plus faibles (autour de 40 %), pour la Région de la Méditerranée orientale », écrit l’OMS notant qu’à l’échelle mondiale, les hommes représentent 75 % des décès dus aux accidents de la route.

Dans les Amériques, la consommation de drogues est devenue un facteur important d’invalidité et de mortalité, ajoute l’Organisation.

« Entre 2000 et 2019, le nombre de décès dus aux troubles liés à la consommation de drogues y a presque triplé. Cette région est également la seule pour laquelle ces troubles constituent l’un des 10 principaux facteurs d’années de vie en bonne santé perdues du fait de décès prématurés et d’incapacités, tandis que pour toutes les autres régions, la consommation de drogues ne rentre pas dans les 25 premières causes », écrit l’OMS.

Les contenus liés

Les articles à la une