Plus de résultats
En ce moment
Les anticorps contre la Covid-19 durerait au moins 4 mois mais ne protègent pas…
Coronavirus

Les anticorps contre la Covid-19 durerait au moins 4 mois mais ne protègent pas contre la réinfection (étude)

Les anticorps contre la Covid-19 ne disparaissent pas rapidement et peuvent circuler dans le sang au moins quatre mois sans pour autant protéger contre une réinfection, suggère une nouvelle étude publiée  dans le New England Journal of Medicine.

Les chercheurs ont examiné plus de 30 000 échantillons de sang prélevés en Islande recherchant la présence d'anticorps. Les échantillons provenaient de trois groupes de personnes: des cas confirmés de la Covid-19, des personnes exposées au virus mais qui n'étaient pas nécessairement infectés et ceux qui n'avaient pas d'exposition connue.

Les chercheurs se sont concentrés sur un petit sous-ensemble de 487 personnes qui avaient eu plus d'un test d'anticorps, ce qui a permis aux chercheurs de voir si les niveaux d'anticorps restaient stables ou diminuaient avec le temps.

Dans ce groupe, les chercheurs ont découvert que les niveaux d'anticorps ont augmenté au cours des deux premiers mois après le diagnostic et sont restés stables pendant les deux mois suivants.

"Il n'y a aucune preuve d'une légère diminution", a déclaré un co-auteur de l'étude, le Dr Kári Stefánsson, fondateur de la société islandaise de biotechnologie deCODE Genetics.

Stefánsson a déclaré que l'étude avait détecté des anticorps chez un nombre important de personnes asymptomatiques et n'ayant jamais été testées pour la Covid-19.

Tout le monde n'a pas développé d'anticorps après l'infection, ont écrit les auteurs, suggérant que certaines personnes pourraient avoir des réponses immunitaires plus faibles au virus. 

Il est possible, cependant, que ces personnes aient subi des tests faussement positifs et n'aient jamais été malades en premier lieu.

Toutefois, et toujours selon l’étude, les niveaux d'anticorps étaient plus élevés chez les patients plus âgés et chez ceux atteints d'une maladie plus grave.

Les femmes avaient également des niveaux d'anticorps inférieurs à ceux des hommes et les fumeurs avaient des niveaux d'anticorps inférieurs à ceux des non-fumeurs.

« Ce que nous ne savons pas, c'est vraiment la question à un million de dollars: comment ces anticorps reflètent-ils l'immunité contre ce virus et l'inhibition de ce virus », a déclaré Jason Kindrachuk, professeur adjoint de microbiologie médicale et de maladies infectieuses à l'Université du Manitoba à Winnipeg.

«Ce n'est pas parce que vous voyez des anticorps produits que cela veut dire qu’ils vont agir spécifiquement contre le virus», estime-t-il. En d'autres termes, il n'est pas clair si les anticorps protégeront les gens contre la réinfection !

Les contenus liés

Les articles à la une