Plus de résultats
En ce moment
Le récap' foot du week-end (Vidéos)
Football

Le récap' foot du week-end (Vidéos)

2M.ma2M.ma
Modifié le

La Coupe Mohammed VI des clubs arabes de football, Chelsea chute, Flamengo au toit de la Libertadores, nos Lions buteurs... voici l'essentiel du week-end footballistique. 

Un OCS héroïque

L’Olympique de Safi s’est qualifié pour les quarts de finale de la Coupe Mohammed VI des clubs champions en battant l'Espérance ST (Tunis) lors d’un match disputé samedi à Radès.

L’Olympique de Safi a décroché son billet de qualification en éliminant l'Espérance ST aux tirs au but (2-4), en huitièmes de final retour de la coupe arabe des clubs champions de football.

Lors du temps réglementaire, les deux équipes n'ont pu se départager (1-1). Les buts ont été inscrits par Abdelghani Mouaoui (20) pour l’Olympique de Safi et Kouamé Bonsu (53) pour l'Espérance ST.

Au match aller, les deux équipes avaient fait match nul (1-1).

Un derby historique 

Le Raja de Casablanca s'est qualifié pour les quarts de finale de la Coupe arabe Mohammed VI des clubs aux dépens du Wydad (4-4), lors du match retour disputé samedi soir sur la pelouse du Complexe Mohammed V.

Les Rouge et blanc ont ouvert la marque dès la 12è minute du jeu sur un penalty transformé par Mohamed Nahiri avant que Mohcine Mitouali n'égalise à la 50è minute sur penalty.



La réaction ne s'est pas fait attendre puisque les hommes de Zoran Manojlovic vont reprendre l'avantage par le biais d'Ayman El Hassouni (55è), d'Ayoub El Kaabi (57è) et Badie Aouk (71è)



Une remontada historique a marqué la fin de la rencontre lors de laquelle les Verts vont arracher le match nul grâce aux buts de Hamid Ahadad (73è), Mitouali (penalty, 88è) et Ben Malengo (90è+4). Lors du match aller, les deux clubs de la métropole se sont neutralisés (1-1). 

Chelsea battue, une bonne première pour Mourinho 

José Mourinho ne s'est pas loupé pour ses débuts avec Tottenham qui a gagné (3-2) à West Ham, alors que Manchester City et Leicester suivent le rythme de Liverpool vainqueur à Crystal Palace (2-1), samedi, pour la 13e journée de Premier League.

Premier match, premier succès pour le coach portugais et surtout première victoire à l'extérieur en championnat depuis dix mois pour les Spurs, vainqueurs 3 à 2 à West Ham.

Une heure convaincante récompensée par un avantage de trois buts, puis une légère frayeur quand les locaux sont revenus à un but dans le temps additionnel, mais 3 points précieux au final.

"Quand les choses tournent en votre faveur, gagner est la plus belle des sensations", a savouré le coach, de retour 11 mois après avoir été remercié par Manchester United.

En mettant Moussa Sissoko, homme de base de son prédécesseur Mauricio Pochettino sur le banc, pour titulariser Eric Dier, Mourinho a commencé à imprimer sa marque.

Lucas Moura et Dele Alli, également titulaires ont justifié la confiance du nouveau boss, alors que Son Heung-Min et Harry Kane, fidèles à eux-mêmes, ont été à créditer d'un but chacun, et même d'une passe décisive pour le Coréen.

Grâce à ce succès, Tottenham remonte provisoirement dans la première moitié du classement (9e avec 17 points), en attendant mieux.



Les chocs s'enchaînent pour Manchester City mais la réception de Chelsea, qui le devançait d'un point, s'est mieux terminée (2-1) que le déplacement à Anfield (3-1) avant la trêve.

Les Blues étaient pourtant venus avec ambition et un milieu Jorginho-Kovacic-Kanté fait pour presser, courir et surtout faire courir le ballon.

Avec 46,74% de possession, jamais une équipe n'avait eu aussi peu le ballon en 381 matches avec le Catalan sur le banc.

City a mis une bonne demi-heure à trouver la parade, le temps pour N'Golo Kanté de partir dans le dos de la défense, résister au retour de Benjamin Mendy et de tromper Ederson (0-1, 21e).

L'égalisation des Citizens a été chanceuse, Kurt Zouma prenant Kepa à contre-pied en déviant une frappe de Kevin De Bruyne (1-1, 29e), alors que le but de Riyad Mahrez, huit minutes plus tard, au terme d'un beau slalom, ne doit rien à personne (2-1, 37e).

Avec 28 points, City remonte sur le podium, entre Leicester (29) et Chelsea (26).

En-Nesyri retrouve les filets, face au Barça

Malgré la triste victoire barcelonaise, 2-1 chez la lanterne rouge Leganes, Ernesto Valverde peut se gratter la tête: le technicien blaugrana avait aligné un onze très offensif samedi, avec Lionel Messi, Luis Suarez, Antoine Griezmann et Ousmane Dembélé titulaires pour la première fois ensemble... Mais son équipe n'a jamais su faire sauter la défense très resserrée de Leganes.

Leganes a ouvert le score à la 12e minute par un bijou de frappe enroulée de l'international marocain Youssef En-Nesyri, venue se loger dans la lucarne de Marc-André Ter Stegen, et les Catalans n'ont égalisé qu'à la 53e par Luis Suarez, avant de sceller la victoire par Arturo Vidal (79e).

Harit de même

Pour le compte de la 12e journée de la Bundesliga, le Schalke 04 s'est imposé (1-2) sur le terrain de Bremen. L'ouverture du score a été l'oeuvre de l'international marocain, Amine Harit d'une frappe bien placé de l'intérieur du pied à la 43e minute de la rencontre. 

Faut-il le rappeler, Amine Harit n'a pas été convoqué pour le tout dernier rassemblement des Lions de l'Atlas. Le sélectionneur national, Vahid Hallilhodzic avait justifié sa décision par l'attitude des Bleus Royaux et du joueur à l'égard de l'équipe nationale. 

A Casa comme à Lima, l'ascenseur émotionnel 

Scénario incroyable a Lima! Flamengo a remporté samedi son deuxième titre de Copa Libertadores après 38 ans d'attente en battant River Plate 2-1 samedi, à Lima, grâce à deux buts de Gabriel Barbosa dans les dernières minutes de jeu.

Le Colombien Rafael Santos Borré avait ouvert le score pour l'équipe argentine (14e), mais Gabriel Barbosa, surnommé Gabigol, a renversé la situation (89e, 92+2), au terme d'une finale qui s'est déroulée sans incident majeur au plan sécuritaire.

L'année dernière, les violences qui avaient frappé Buenos Aires avaient contraint la confédération sud-américaine à choisir Madrid pour la finale retour entre les deux clubs argentins rivaux, River Plate et Boca Juniors.

Cette fois, c'est la crise sociale chilienne qui a obligé la Conmebol à procéder à un changement de dernière minute.

Prévue à Santiago, cette finale a été reportée in extremis à Lima, qui n'avait jamais jusqu'ici accueilli l'épilogue de la Copa Libertadores, équivalent sud-américain de la Ligue des champions.
 


 

 

 

Les contenus liés

Les articles à la une