Plus de résultats
En ce moment
Casablanca : Des experts étudient l'impact de la finance participative sur les …
Finances

Casablanca : Des experts étudient l'impact de la finance participative sur les ODD

2M.ma2M.ma

La Société Islamique pour le Développement du Secteur Privé (ICD) et Al Akhdar Bank organisent  les 20 et 21 février 2020 à Casablanca, en partenariat avec le PNUD, une conférence et des Master Classes autour de l’impact de la Finance Participative sur les Objectifs de Développement Durable (ODD) tels que définis par l’ONU à l’horizon 2030.

Entamé, jeudi 20 février, par une conférence plénière et des tables rondes, l’évènement a mis le point lors de cette première matinée sur  le rôle des institutions financières et des investisseurs dans le développement durable et les challenges à relever en plus des solutions proposées par la finance participative pour financer les ODD au Maroc et en Afrique. 

La finalité de cet événement, parrainé par la Société Islamique pour le Développement du Secteur Privé (ICD), membre du groupe de la Banque Islamique de Développement (BID) et la filiale du groupe Crédit Agricole du Maroc, Al Akhdar Bank, est de dévoiler le rôle des institutions financières dans l’atteinte des Objectifs de Développement Durable.

Pour Fouad Harraze, directeur général d’Al Akhdar Bank, groupe Crédit Agricole du Maroc, « la Finance participative, de par son Business Model, ses principes et ses objectifs permet de conjuguer rentabilité et financement des projets à fort impact social et environnemental ».

Dans un communiqué,  Fouad Harraze souligne que le marché de la finance participative est "un levier fondamental de développement, aussi bien à travers la nature des mécanismes qu’il déploie, que l’impact que cet investissement produit à l’échelle individuelle et collective des bénéficiaires ».

« Bien que la finance participative au Maroc ne soit encore à son stade de genèse et connaisse plusieurs défis notamment en matière de diversification des produits ou encore de refinancement, le marché national représente un riche potentiel au plan interne, bien sûr, mais également continental », lit-on dans le communiqué.

De son côté, Amir khan, directeur du département de développement des Institutions Financières de la Société Islamique de Développement du Secteur Privé (ICD), Co-Organisatrice de l’évènement et deuxième actionnaire de Al Akhdar Bank, à indiqué que « cet évènement permet à l’ICD de réaffirmer sa stratégie en matière de promotion de la finance participative dans les pays membre et de son déploiement au service de l'inclusion financière, du développement économique équitable et de la stabilité financière qui sont des composantes essentiels à l’atteinte des Objectifs de développement durable ».

Par ailleurs, les Master Classes de cet évènement, organisé en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), ont pour but d’appuyer les différentes potentialités agissant directement ou indirectement dans le secteur de la Finance participative dans la compréhension des mécanismes islamiques permettant de financer le développement durable, tel que les Green Sukuk par exemple, note-t-on.

Ces séances de formation ciblent plusieurs catégories d’acteurs, entre autres, les investisseurs institutionnels, les sociétés de capital-investissement, les firmes de capital-risque, les institutions du secteur privé concernées par le développement durable.

 

 

Les contenus liés

Les articles à la une