Plus de résultats
En ce moment
Covid-19 : Grand temps d’intégrer les médecins du privé dans le système du diag…
Coronavirus

Covid-19 : Grand temps d’intégrer les médecins du privé dans le système du diagnostic ?

En plein recrudescence des cas du nouveau coronavirus au Maroc, le sujet du diagnostic précoce se remet sur le tapis, et donc aussi, et inévitablement, celui de l’intégration des médecins du secteur libéral dans le système du diagnostic. Le virus sera-t-il donc vaincu sans blouses blanches du privé ?

La réponse est évidente pour Dr. Badreddine Dassouli, président du Syndicat National des Médecins du Secteur Libéral du Maroc (SNMSL) qui estime qu’il est impossible de juguler la propagation du virus sans l’autre moitié des médecins (le privé). « Le patient quand il tombe malade ou se sent souffrant, il a en premier lieu recours à son médecin privé parce qu’il y a un accès facile, à la différence de l’hôpital public où il y a la queue et de longues procédures. Bon nombre de patients hésitent à se rendre à l’hôpital public par peur d’y contracter le virus », nous confie Dr. Dassouli. 

Et d'estimer que la Covid-19 doit être traitée comme n’importe quelle autre maladie, en remettant en vente l’hydroxycloroquine et la chloroquine.

Pour le président du SNMSL, il faut mettre à la disposition des médecins du privé les outils diagnostic en multipliant le nombre de laboratoires qui font le PCR et en fournissant à certaines cliniques des lits de réanimation et en imposant à d’autres de consacrer un certain nombre de lits aux patients Covid.

A en croire Dr. Badreddine Dassouli, le médecin du secteur libéral est, bon gré malgré, impliqué dans ce processus, « vu que c’est le médecin de première ligne ».  Tant s’en faut, le président du SNMSL estime que l’exécutif rend encore la tâche difficile aux médecins de ce secteur, résultat : passer à côté de nombre de cas positifs ou au mieux les rediriger vers d’autres centres de santé avec toutes les retombées qui en découlent.  

Idem pour Dr Moulay Said Afif, président de la Société Marocaine des Sciences Médicales qui appelle vivement à une intégration de toutes les composantes du système de santé, allant des médecins du public à ceux du privé en passant par les médecins militaires mais aussi les universitaires.

« Permettre à certaines cliniques, qui remplissent le cahier de charges du Ministère de la Santé, de prendre en charge des malades Covid qui ont une couverture médicale évitera de saturer notre système de santé publique », a-t-il poursuivi.

Rappelons que le protocole de prise en charge des cas contaminés par le coronavirus a été mis à jour par le Département de Khalid Ait Taleb qui a jugé, dans une circulaire daté du 02 septembre, nécessaire de traiter au plus vite les « cas probables »avant même que le test PCR soit révélé. Il a également fait la la différence entre les cas probables, les cas suspects et les cas confirmés. Le Ministère de tutelle a par ailleurs ordonné de prendre en charge à domicile les cas asymptomatiques et les cas symptomatiques bénins.

Les contenus liés

Les articles à la une