Plus de résultats
En ce moment
Coronavirus: Trump impatient de lever les restrictions malgré l'accélération de…
International

Coronavirus: Trump impatient de lever les restrictions malgré l'accélération des décès aux Etats-Unis

AFP
2m avec agences2m avec agences

Donald Trump a manifesté mardi son impatience face à la crise sanitaire et dit miser sur une levée "rapide" des restrictions, d'ici mi-avril pour une partie du pays, malgré la forte accélération des décès dus au nouveau coronavirus aux Etats-Unis.

"Il faut retourner au travail, beaucoup plus tôt que les gens ne le pensent", a lancé le président américain sur la chaîne Fox News.

Tout en concédant que les restrictions dureraient un peu au-delà des quinze jours initiaux, il a promis de "rouvrir" le pays "rapidement", expliquant que l'on commençait à voir "une lumière au bout du tunnel".

"J'adorerais rouvrir d'ici Pâques", qui tombe cette année le 12 avril, a-t-il ensuite dit à plusieurs reprises, assurant, en dépit des réserves de nombreux scientifiques et responsables locaux, que cette échéance était réaliste à condition que les gens retournent au travail "en pratiquant la distanciation sociale".

Il a plus tard précisé que cette "belle échéance" de Pâques vaudrait surtout pour les parties les moins peuplées du pays et où l'épidémie aurait été considérée comme contenue, comme "des grandes portions du Texas, des territoires dans l'Ouest".

Anthony Fauci, spécialiste des maladies infectieuses au sein de l'équipe de lutte contre le Covid-19, a prôné la "flexibilité" dans l'assouplissement des restrictions qui doivent se faire "sur une base quotidienne ou hebdomadaire".

Le milliardaire républicain s'était résolu à émettre il y a une semaine des recommandations très strictes.

Mais alors que 40% de la population américaine est confinée chez elle ou sur le point de l'être -- les restrictions variant d'un Etat à l'autre --, il ne cache pas à présent sa crainte de voir ces mesures draconiennes et l'arrêt de l'activité s'éterniser.

Le Pentagone lui-même s'est montré moins optimiste en tablant sur "plusieurs mois" de crise, avec un retour à la normale vers juin-juillet seulement aux Etats-Unis.

Les contenus liés

Les articles à la une