Plus de résultats
En ce moment
Confidences de presse : décryptage des résultats du scrutin du 08 septembre (Re…
Confidences de presse

Confidences de presse : décryptage des résultats du scrutin du 08 septembre (Replay)

2M.ma2M.ma

Après les élections du 08 septembre, Confidences de presse a consacré ce premier numéro de la nouvelle saison au décryptage des résultats de ce triple scrutin, le troisième après la Constitution de 2011 et le onzième depuis l'indépendance. Débâcle du PJD, performances de plusieurs partis, changement de la carte politique, ou encore campagnes électorales inédites et défis à relever par le prochain gouvernement … les invités ont fait le tour de la question. 

Le taux de participation « record » au triple scrutin qui a atteint 50, 18% a été le premier indicateur positif à l’issue de ces échéances électorales, qui ont traduit l’évolution du processus démocratique, selon plusieurs observateurs.

D’après Mohamed Tozy, professeur de Science politique à l’université Aix-Marseille III en France et invité de Confidences de presse, « nous ne pouvons pas inscrire le taux de participation dans une tendance linéaire (…) il y a eu un décalage entre les milieux rural et urbain », avant d’ajouter que « les réponses à ce taux de participation important sont encore à venir ».

Taux de participation : décalage entre monde rural et urbain

Face à ce « décalage » en terme de taux de participation, Zakaria Kadiri, professeur de sociologie à l’Université Hassan II de Casablanca, estime que le monde rural est « fortement politisé » au regard des grandes villes et métropoles, de par la forte mobilisation des partis politiques et des candidats dans ce milieu.

Les facteurs derrière la montée du Parti de la colombe

Ces élections ont été marquées notamment par la montée fulgurante du Rassemblement National des Indépendants (RNI), sorti vainqueur de ce scrutin (102 sièges), Reda Dalil, directeur de publication du magazine TelQuel, souligne qu’il existe plusieurs facteurs qui ont contribué à cette victoire. « Le RNI a entamé sa campagne de façon assez précoce, avec des initiatives sur le terrain (…) un tissu associatif a été créé également autour du Parti qui a mis en avant la performance de quelques ministères et de quelques programmes comme le PMV », indique-t-il

Les questions « clivantes » : grand absent des campagnes électorales

Dans la foulée, Mohamed Tozy est revenu sur les divergences entre les campagnes électorales de certains partis lors de ce triple scrutin et celles de la législature sortante.

« Le PAM n’a pas insisté sur le contenu idéologique à travers lequel il se présentait comme un nouveau projet de société alternatif, (…) Durant ces élections, il s’est présenté comme une machine électorale misant sur la qualité des personnes qu’il présente », a précisé le professeur de Science politique, mettant la lumière sur l’absence des enjeux sociétaux de cette campagne électorale.

Et de poursuivre que « toutes les question clivantes ont été évacuées par les partis politiques qui les ont estimées électoralement risquées ».

Retour en force du PI

Le retour du PI ce « vieux parti du gouvernement » lors de ces élections n’est pas passé inaperçu et serait dû, d’après Mohamed Tozy, à la structure « administrative » qui l’encadre aussi bien au niveau national que local, estimant que le Parti de la balance a réussi à mobiliser, lors de ces échéances, des cadres avec une grande expérience en politique.

Débâcle du PJD : La gestion des grandes villes est la motivation du vote-sanction

L’échec du PJD lors de ce scrutin a été qualifié d’« historique ». D’après Pr.Tozy, la gestion des grandes villes où l'électorat du parti de la Lampe est très présent a donné lieu à un vote-sanction, qui n’était pas principalement contre le parti.

Un gouvernement réuni autour du NMD

La majorité gouvernementale qui sera constituée incessamment sera appelée, selon Reda Dalil, à opérationnaliser un plan de développement déjà prêt.

« Nous assistons à une phase fédératrice qui consiste à rendre concret le nouveau modèle de développement qui semble faire l’unanimité au sein des partis », affirme-t-il, ajoutant que la mise en œuvre du NMD sera faite par la coalition la « plus large possible ».

Majorité gouvernementale : Les 3 scénarios possibles

Pour la future majorité gouvernementale, Mohamed Tozy évoque 3 scénarios : le premier concerne un gouvernement réuni autour d’une majorité numérique et d’une organisation revisitée du gouvernement, qui sera caractérisée par une meilleure synergie. Ce scénario ne peut fonctionner qu’en la présence d’une forte opposition, estime Pr Tozy.

Le deuxième scénario « dénoncé » est celui d’un gouvernement « bigarré » qui manque de différenciation entre « les protagonistes », tandis que le troisième serait un gouvernement d’ « Union nationale », lequel reste tout de même « improbable ».  

Intégrale/ Emission du 15 septembre 

 

 

Les contenus liés

Les articles à la une