Plus de résultats
En ce moment
Climat : Il faut aller "au delà des simples déclarations" de position (Présiden…
Climat

Climat : Il faut aller "au delà des simples déclarations" de position (Président de la COP26)

2M.ma avec Agences2M.ma avec Agences

"Nous devons aller au delà des simples déclarations de position" pour apporter une réponse à la crise climatique, a souligné lundi Alok Sharma, le président désigné de la Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP26).

Il faut travailler ensemble pour "consolider nos options et rédiger des textes que nous pourrons proposer à la COP26" afin qu'il soient finalisés et adoptés, a insisté M. Sharma dans une allocution en ligne peu avant l'ouverture des sessions virtuelles des organes subsidiaires permanents de la Convention onusienne sur le climat (CCNUCC).

Ces sessions permettront aux Parties d'avancer dans le travaux, "étant donné le volume élevé de travail accumulé en l'absence de sessions en 2020. Afin de maximiser les progrès et de minimiser les retards supplémentaires, cette session est une occasion précieuse pour faire avancer les travaux en vue de la COP26", prévue en novembre prochain à Glasgow, lit-on sur le site de la CCNUCC .

M. Sharma a appelé, dans ce cadre, à redoubler d'efforts dans la réponse apportée à la crise climatique en faisant preuve du même sens de l'urgence démontré pendant la pandémie de la Covid-19, mettant l'accent sur la nécessité de "ne laisser pour compte aucune question et aucune personne".

"Nous devons travailler d'arrache-pied pour arriver à Glasgow prêts à conclure un accord qui permettra de garder l'objectif de 1,5 °C (fixé par l'Accord de Paris, NDLR), de créer des accords qui protègent la population autant que la nature de l'impact du changement climatique, qui mobilisent le financement et qui encouragent la coopération à travers la société pour apporter des résultats vis-à-vis des engagement de Paris", a-t-il dit.

Pour sa part, Carolina Schmidt, présidente de la COP25 a souligné que "le monde nous regarde et n'acceptera rien d'autre qu'un résultat ambitieux qui répond à ses objectifs pendant la pandémie. Ce qui va demander de nouveaux niveaux d'engagement et de solidarité de la part de toutes les parties y compris en utilisant de nouveaux outils".

En dépit des nombreux défis posés par la Covid-19, "la communauté internationale doit se retrouver à la COP26, notre seule opportunité réelle de préserver l'objectif 1,5 °C pour accélérer l'action, réduire les émissions, renforcer l'adaptation, élargir le financement pour protéger et restaurer la nature ainsi que pour émanciper une action inclusive", a-t-elle affirmé.

De nombreux pays doivent encore finaliser leurs engagements révisés de réduction d'émissions, qui sont selon l'ONU encore loin de permettre de tenir les objectifs de l'accord de Paris.

Les sessions des organes subsidiaires de la CCNUCC, à savoir le Conseil scientifique et technologique (SBSTA) et l'organe de mise en œuvre (SBI) commencent ce lundi et se poursuivront jusqu'au 17 juin par visioconférence.

Les négociateurs vont traiter de plusieurs questions, notamment les Contributions nationales déterminées (NDC), la transparence, les financements climatiques et le renforcement des capacités.

Les contenus liés

Les articles à la une