Plus de résultats
En ce moment
Avant son combat ce samedi, 3 questions au boxeur Anas Messaoudi
Boxe

Avant son combat ce samedi, 3 questions au boxeur Anas Messaoudi

DR

Le boxeur professionnel marocain Anas Messaoudi remonte sur le ring ce samedi 19 Juin à Bruxelles à partir de 19H00, pour son 10e combat professionnel. L'athlète, résidant entre la capitale belge et la Philadelphie où il s'entraîne, tentera de conserver son invincibilité chez les poids welters (67kg), et faire une entrée remarquée dans les classements internationaux des fédérations.

A peine 27 ans, Messaoudi, seul Marocain dans le Top 500 des boxeurs du classement international de sa catégorie, affrontera le champion d’Irlande, Ken McMahon, 28 ans.

A quelques heures de son combat, il se confie à 2m.ma sur l'importance de son prochain combat, revient sur sa préparation et ne cache pas son ambition de jouer au Maroc, pays qu'il a choisi de représenter. 

 

Aucune description disponible.

 

2m.ma: Pourquoi le combat de samedi est si important pour vous ?

Anas Messaoudi: Oui, le combat d'aujourd'hui revêt une grande importance pour moi. Un huit round contre a un boxeur connu dans son pays et déjà Champion d'Irlande, avec un palmarès presque sans faute. Si je remporte ce combat, je gagnerai sans doute des places précieuses qui me rapprocheront du Top 50, mon objectif pour cette année 2021. Un Marocain contre un Irlandais, c'est un peu rare dans la boxe, donc ça me motive pour monter sur le ring et montrer que je suis meilleur que lui.

2m.ma: Vous avez fait le choix de résider aux États-Unis, pourquoi ? 

A.M: C'est un choix de carrière et un investissement que j'ai fait pour pouvoir améliorer mon niveau. La qualité des entraînements est bien meilleure aux Etats-Unis par rapport à l'Europe, surtout en termes de sparring. J'apprends beaucoup plus là-bas. Mais il faut gagner sa place et faire preuve de patience.

En Philadelphie par exemple,  j'ai fait le tour des salles avant que l'opportunité de m'entrainer avec un Champion du Monde de ma catégorie, en l'occurrence Julian Williams, ne se présente. Je l'ai saisie et on m'a invité après à son training camp.
Il y a aussi le fait que je sois Marocain qui m'aide un peu on va dire. Ils n'ont aucune idée à quoi ressemble un boxeur Marocain et son style, donc ils sont curieux de savoir. Dès qu'ils voient que ça tape, ils s'intéressent ! Pour l'anecdote, on m'appelle "The Moroccan" et "Anas Red Flag" là-bas, plutôt que mon prénom Anas. 

2m.ma: Vous portez le maillot national lors de vos combats professionnels à l'international mais vous n'avez pas encore eu l'opportunité de jouer sur un ring au Maroc. Ca sera pour quand alors ? 

A.M: Je boxe sous les couleurs du Maroc et c'est une fierté pour moi, surtout en Boxe professionnelle puisque nous ne sommes pas assez. Je n'ai pas encore eu l'opportunité mais j'avoue que c'est mon objectif de boxer un jour au Maroc. Je dirai même que c'est un rêve.

Malheureusement l'organisation de la boxe professionnelle au Maroc n'est pas régulière, mais j'espère avec le temps qu'ils puissent évoluer et que les choses puissent changer au meilleur. Quand je vois l'atmosphère des stades de foot, je me dis que l'ambiance d'un combat de Boxe à Casablanca ou Fès par exemple sera sans doute, aussi électrique. 

Les contenus liés

Les articles à la une