Plus de résultats
En ce moment
Alliance de l’Enseignement Privé : « Ce ne sont pas les frais d’assurance qui a…
Enseignement

Alliance de l’Enseignement Privé : « Ce ne sont pas les frais d’assurance qui alourdissent la facture »

Sara AfifiSara Afifi

A l’approche de la rentrée scolaire, les projecteurs se braquent (encore) sur les écoles privées. Cette fois-ci, les protagonistes ne sont pas seulement les parents d’élèves et les écoles, mais aussi le Ministère de tutelle. Ce mercredi 2 septembre, Saaid Amzazi a adressé une circulaire à l’attention des directeurs des écoles privées pour trancher sur les frais d’assurance et pour dissiper le flou qui entourait, jusque-là, la procédure.

Désormais, les écoles privées seront amenées, selon la circulaire précitée, à délivrer aux parents un reçu de paiement contenant le montant exact de l’assurance accompagné d’une liste des prestations et des risques couverts. A travers ce document, le Ministère de tutelle met en garde, subtilement, contre les factures gonflées. Lors de son passage à l’émission « Confidences de presse » de ce mercredi 2 septembre, Saaid Amzazi a assuré que les frais d’assurance ne peuvent en aucun cas dépasser les 50 dh.

Son de cloche différent pour l’Alliance de l’Enseignement privé du Maroc qui estime que ce ne sont pas les frais d’assurance qui alourdissent les factures : « ce sont les autres frais d’inscription qui sont un peu élevés et qui diffèrent, à leur tour, d’une école à une autre en fonction de la particularité de chacune », a déclaré à 2M.ma Abdellah Mejjali, Président de l’Alliance à Casablanca.

Et d’ajouter que « les établissements privés ne peuvent que se plier à la volonté du Ministère, et si les parents veulent assurer ce service par leurs propres soins, l’école ne peut s’y opposer ».

Rappelons qu’auparavant, les parents n’avaient pas de visibilité quant au montant exact de l’assurance ni à la compagnie qui s’en charge.

Sur les réseaux sociaux, la décision du Ministère a suscité nombre de réactions positives des parents qui, durant le confinement, sont entrés en bras de fer farouche avec les écoles privées à cause des frais de scolarité du dernier semestre de l’année scolaire précédente.

Les contenus liés

Les articles à la une