Plus de résultats
En ce moment
Confidences de presse

Saïd Bensaïd Alaoui : "Les pays arabes ont vécu un "Intifad" et non un printemps arabe"

Modifié le

Au Maroc, le bras de fer entre les courants qui prônent la modernité et ceux qui prêchent le conservatisme ne s’est jamais arrêté. Pour certains, ce bras de fer est le résultat normal des différences des mentalités et des classes sociales.  

D’aucuns trouvent que ce bras de fer commence à avoir des proportions alarmantes qui donnent à réfléchir.  « Dans chaque société, il y a des forces qui cherchent à avancer et d’autres qui préfèrent un certain immobilisme permettant de garder les acquis », explique en substance le Saïd Bensaïd Alaoui, une éminente figure du champ intellectuel marocain et arabe.

Invité de cette édition de Confidences de presse, ce docteur en philosophie et ancien doyen de la Faculté de lettres et des sciences humaines de Rabat, a analysé la situation au Maroc et ses spécificités par rapport aux autres pays arabes.   Pour Saïd Bensaïd Alaoui, les pays arabes ont vécu il y a 7 ans plutôt une sorte de soulèvement (Intifad). Pour lui le mot printemps prête à confusion et ne reflète pas exactement ce souffle de changement né en Tunisie pour balayer presque l’ensemble des pays arabes.  

Ce chercheur et philosophe pointe du doigt  les dysfonctionnements sur le plan politique, économiques et social.   Pour lui, ils sont la cause réelle qui a conduit à la création de ce mouvement. « L’absence de démocratie n’est que la face externe de la situation. Les vrais problèmes en interne étaient le chômage des jeunes, les disparités sociales, les conflits politiques, les retards cumulés pour atteindre la modernité », explique Saïd Bensaïd Alaoui.  Pour voir l'intégralité de l'intervention et les explications de ce parfait connaisseur de la pensée arabe et islamique et de l'Histoire du Maroc, regardons la Replay. 

Pour regarder les autres éditions précédentes, cliquez

Les contenus liés

Les articles à la une