Plus de résultats
En ce moment
Grand Angle

Document: Nelson MANDELA et Abdelkrim EL KHATIB, un devoir de mémoire (Replay / Grand Angle)

2M.ma2M.ma
Modifié le

La rencontre Nelson MANDELA et Dr Abdelkrim EL KHATIB. Un document d’histoire et pour l’histoire à découvrir dans ce numéro de Grand Angle pour le mois de novembre en Replay.

La solidarité marocaine a toujours été présente et active en Afrique. A l’aube de son indépendance, le Royaume affichait déjà sa volonté et sa disposition à soutenir les différents pays du Continent dans leur lutte contre le colonialisme et la ségrégation raciale.

En août 1960, feu Sa Majesté Mohammed V recevait, à Rabat, Patrice Emery Lumumba, figure de l’Indépendance de l’ex Congo-Zaïre, deux mois après l’accès de son pays à l’Indépendance. Un message fort du défunt Souverain pour réitérer son engagement envers Ses frères africains.

Toujours dans le même sillage et dans une démarche visionnaire et avant-gardiste, feu SM Mohammed V organisait, en 1961, la «Conférence de Casablanca», un mini-sommet réunissant du 4 au 7 janvier, plusieurs chefs d’Etats africains dont les leaders Jamal Abdel Nasser (Egypte), Kwamé N’Krumah (Ghana), Ahmed Sékou Touré (Guinée) et Modibo Keita (Mali) pour poser les jalons d’une future unité africaine à travers l’adoption de la «charte de Casablanca» dont les fondements seront rappelés par Feu SM Hassan II, alors Roi du Maroc, lors de la Conférence de Lagos en février 1962.

Nelson Mandela, Président du Parti congrès National Africain demande alors l’aide du Maroc  qui ne tarde pas à lui prêter main forte pour former ses militants et lui accorder une aide financière pour soutenir l’Afrique du Sud dans sa lutte contre l’Apartheid.


Nelson MANDELA et Abdelkrim EL KHATIB, une page d’histoire méconnue

Il s’agit de la rencontre singulière entre Nelson MANDELA et Dr Abdelkrim KHATIB (alors ministre des affaires africaines au début des années 60), lorsque le Royaume du Maroc aux premières années de son indépendance soutenait le Congrès National Africain (ANC) dans sa lutte contre l’Apartheid. Rabat finançait alors ses équipements et offrait un lieu d’entraînement pour ses militants dans la région de l’Oriental. Une réalité que le Président sud-africain Nelson MANDELA avait tenu à rappeler en remerciant publiquement le Docteur El KHATIB à Pretoria pour avoir transmis ses demandes de financement à feu Sa Majesté Hassan II.

 

 

 

Les contenus liés

Les articles à la une