Plus de résultats
En ce moment
Unesco: Engagement en faveur de l'éducation et de son financement pendant et ap…
Education

Unesco: Engagement en faveur de l'éducation et de son financement pendant et après la pandémie

2M.ma2M.ma

Plus de 70 chefs d'État, de gouvernement et de ministres, ainsi que des partenaires internationaux, qui se sont concertés en ligne, jeudi 22 octobre, lors d’une réunion extraordinaire sur l'éducation mondiale convoquée par l'UNESCO, ont adopté une Déclaration exprimant leur engagement ferme en faveur de l'éducation et de son financement pendant et après la pandémie.

Le texte de la Déclaration, publiée par l’Unesco, souligne "l’engagement des chefs d'États et de gouvernement, ministres et délégués; des représentants des agences des Nations Unies, des partenaires humanitaires et de développement, des organisations internationales et régionales, des organisations de la société civile et de la profession enseignante et des membres des communautés de la recherche et du secteur privé, à accroître ou maintenir la part des dépenses publiques d’éducation en visant des critères internationaux d’au moins 4 à 6 % du PIB et/ou 15 à 20 % des dépenses publiques ».

La Déclaration souligne également l’engagement d’ « accroître le volume, la prévisibilité et l’efficacité de l’aide internationale à l’éducation, en atteignant le critère de 0,7 % du PNB des donateurs pour l’aide publique au développement (APD) aux pays en développement et en accroissant la part de l’APD consacrée à l’éducation ».

Elle propose aussi de veiller à ce que l’aide internationale à l’éducation soit alignée sur des plans nationaux d’éducation qui intègrent la réponse au COVID-19 et le relèvement. Cette aide devrait cibler les pays et les populations les plus démunis, y compris ceux qui ne sont pas touchés par les programmes gouvernementaux, préconise la Déclaration.

Conformément au texte de la Déclaration, les participants se sont engagés à mettre en œuvre plusieurs actions au cours des 15 prochains mois, dont la principale reste « la réouverture en toute sécurité les établissements d’enseignement sur la base de preuves scientifiques et en tenant compte des contextes locaux ». « Une réouverture des écoles qui soit axée sur l’équité, sensible au genre, inclusive et ciblée ».

La Déclaration souligne également la nécessité de « soutenir tous les enseignants et le personnel de l’éducation en tant qu’intervenants de première ligne, consulter leurs représentants dans la prise de décision et assurer leur sécurité, leur bien-être et des conditions de travail décentes.

« Il est urgent de prêter attention à la pénurie d’enseignants formés et qualifiés qui a été aggravée par la crise du COVID-19. Leurs besoins de développement professionnel à tous les niveaux, y compris en matière de compétences numériques et pédagogiques permettant un enseignement de qualité axé sur l’apprenant constituent une question urgente », affirme la Déclaration.

« Réduire la fracture numérique dans l’éducation, développer des ressources éducatives libres de qualité et construire un bien commun numérique en tant que complément à l’apprentissage en présentiel, en vue d’assurer un apprentissage inclusif et équitable fondé sur la technologique », est également l’un des points mis en avant par le texte de la Déclaration.

Organisé en partenariat avec les gouvernements du Ghana, de la Norvège et du Royaume-Uni, le Sommet mondial sur l’Education de l’Unesco est une plateforme d'échange entre des dirigeants politiques de haut niveau, des ministres, des décideurs, des organisations multilatérales, des partenaires de développement et des acteurs mondiaux de l'éducation afin de protéger et de repenser l'éducation dans le monde actuel et dans celui de l'après-Covid-19.

Le Sommet, ouvert par la Directrice générale de l’Unesco Audrey Azoulay et qui a été marqué par des interventions vidéo notamment du Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, vise aussi à obtenir des engagements de la part des dirigeants pour la protection du financement de l'éducation lors du redressement post-épidémique et à parvenir à un consensus sur les actions prioritaires pour l'an prochain.

 

 



Le Maroc a été représenté à ce Sommet par le Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani qui a mis en avant l’approche marocaine pour protéger le système éducatif contre les effets du Covid 19.

Tout en appréciant les conclusions auxquelles ont abouti les différents groupes de travail de l’Unesco, le Chef du gouvernement a souligné que la réalisation efficiente des objectifs escomptés liés à ces conclusions reste tributaire d’une coordination des efforts de la communauté internationale.

Pour une réalisation optimale des ODD, notamment l’ODD4 (Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie), «il faudrait adapter les mesures pour qu’elles soient convenables aux réalités de chaque pays», a insisté M. El Otmani qui a souligné la nécessité d'améliorer le mécanisme de coopération internationale et la qualité de l’éducation pour qu’elle soient au service des plus vulnérables et notamment des jeunes filles dans les zones rurales.

 

 

Les contenus liés

Les articles à la une