Plus de résultats
En ce moment
Narjis Nejjar : « l’état de conservation de notre patrimoine cinématographique …
Cinéma

Narjis Nejjar : « l’état de conservation de notre patrimoine cinématographique laisse à désirer »

Réalisatrice et scénariste, Narjiss Nejjar a été nommée début 2018 directrice de la Cinémathèque marocaine. Ayant pour ambition de faire du cinéma un vecteur de développement, elle a soutenu récemment l’initiative « Cinéma sur la muraille ». Trois questions pour celle qui a pour mission d'agrandir et de préserver la Cinémathèque du royaume.

- Vous avez été nommée en février 2018 à la tête de la Cinémathèque du Maroc. Quel bilan pouvez-vous faire de ces 18 premiers mois d’exercice ?

Par cette interrogation, nous abordons un point sensible car il y a tout à faire. L’état de conservation de notre patrimoine cinématographique laisse cruellement à désirer faute de moyens et surtout de vision stratégique. Deux décennies d’indifférence ! On ne peut pas être une grande nation sans mémoire. Je lance un appel de détresse avec l’intime conviction que nous pouvons sauver la situation si nous agissons vite.

Dans ce sens, je fais partie d’une mission d’étude dans le cadre d’un jumelage avec l’Union Européenne (UE) qui se donne pour objectif de répondre aux questions liées à la mémoire cinématographique. Nous travaillons actuellement sur un rapport d’expertise que je livrerai incessamment sous peu. Notre pays mérite à cet égard et j’y travaille avec toute la détermination possible.

-Vous avez soutenu l’initiative « Cinéma sur la muraille » qui a eu lieu en mois d’août dernier à Essaouira, quels sont les objectifs d’un tel engagement de la part de la Cinémathèque du Maroc ?

La promotion de notre cinématographie nationale est l’un des axes prioritaires de la cinémathèque marocaine. Je soutiens donc sans condition toute initiative s’inscrivant dans cette perspective et plus encore lorsqu’il s’agit d’un élan porté par une association de jeunes, qui a pour la légitime ambition de s’approprier un pré-carré culturel et de le partager.

 J’ai d’ailleurs ressenti une vive émotion en leur parlant. Ils ne sont ni amers ni désenchantés, ils ne rêvent pas d’une autre rive fantasmée, c’est ici, dans leur pays qu’ils veulent accorder leurs pas vers une promesse de modernité.

Ils se sont heurtés au début au mépris de certains au prétexte que c’est une lubie sdans intérêt. Et bien la lubie a rassemblé plus de 1400 personnes sur la place Menzeh à Essaouira. Il y a des victoires qui sont des réponses couperet. L’évènement a cependant été soutenu avec force par  le Wali de la région de Marrakech-Safi et le gouverneur d’Essaouira,  par André Azoulay, le Conseiller de SM Mohammed VI et Ahmed Ghayet l’infatigable acteur culturel. Sans oublier le centre cinématographique marocain qui a mis à disposition les équipements de projection, et surtout les techniciens qui se sont affairés avec rigueur afin d’offrir une projection de qualité.

-En l’absence de salles de cinéma dans plusieurs villes du Maroc pouvons-nous voire cette initiative de « Cinéma sur la muraille » adoptée par d’autres associations locales marocaines ?

Je le souhaite ardemment. Essaouira par exemple n’a plus de salle de cinéma depuis une vingtaine d’années. L’un des jeunes de l’association m’a confessé les larmes aux yeux, qu’il n’avait jamais vu de film sur grand écran. Vous imaginez mon désarroi ! Alors oui, il est grand temps de passer de la réflexion à l’action. Des partenariats public-privé sont parfaitement envisageables si nous nous attelons à la tache, à condition de considérer la culture dans sa fonction pleine et entière à savoir un incontournable vecteur de développement.

Et en attendant de mettre en application cette vision prospective, nous pouvons organiser des projections avec le soutien des régions partout dans le royaume.

A propos de la Cinémathèque du Maroc

La Cinémathèque marocaine est sous la tutelle du Centre cinématographique marocain (CCM). L’institution bénéficie d’un budget spécifique débloqué, à la fois, par le ministère des Finances, celui de la Culture et le Centre cinématographique marocain. Comme toutes les cinémathèques à travers le monde, la mission de la Cinémathèque au Maroc est d’acquérir et de sauvegarder le patrimoine audiovisuel et cinématographique national. Le but est également de collectionner les œuvres qui ont marqué l’histoire du cinéma pour en assurer la mise en valeur à des fins culturelles et éducatives.

 

Les contenus liés

Les articles à la une