Plus de résultats
En ce moment
Meurtre de Adnane : l’UNICEF met en garde contre les violences faites aux enfan…
Enfance

Meurtre de Adnane : l’UNICEF met en garde contre les violences faites aux enfants

2M.ma2M.ma
Modifié le

La tragédie de l’enfant Adnane, violé et tué à Tanger fait réagir l’UNICEF Maroc qui plaide pour une meilleure protection juridique des enfants contre les différentes formes de violence.

Face à ce drame odieux qui a bouleversé l’opinion publique, l’UNICEF argue qu’aucune violence à l’encontre des enfants ne peut se justifier et doit inévitablement être prévenue.

Dans ce sens, l’UNICEF appelle à veiller à « l’interdiction claire, rapide, et absolue de toutes les formes de violence contre les enfants dans tous les contextes » et demande par là même une adoption rapide des dispositions relatives à la protection des enfants prévues dans les projets du Code pénal et du Code de procédure pénale toujours en examen par le parlement depuis 2015.

Selon l’Organisation Mondiale, ces deux projets de textes permettent une meilleure protection des enfants contre les violences et les violences sexuelles.

Ainsi, l’UNICEF entérine son engagement pour soutenir le gouvernement marocain ainsi que les acteurs de la protection de l’enfance dans le but de mieux lutter contre toutes les formes de violence que peuvent subir les enfants.

Dans la foulée, l’organisation des Nations Unies exhorte l’adoption des sanctions effectives et adaptées à la gravité des actes commis contre les auteurs de violences faites aux enfants, comme elle appelle à éliminer les circonstances d’atténuation.

Par ailleurs, l’UNICEF estime qu’il est indispensable d’accélérer le renforcement des mesures de protection visant à réduire les risques et à prévenir la violence faites aux enfants, tout en poursuivant les efforts existants pour rendre justice aux enfants.

L’UNICEF n’a pas manqué de présenter ses condoléances à la famille, aux amis et aux proches de Adnane. « Nous adressons nos condoléances les plus profondes. Nous partageons votre peine douloureuse. Que Adnane soit l’icône d’une mobilisation pour une enfance sans violence au Maroc », conclut l’Organisation.

Les contenus liés

Les articles à la une