Plus de résultats
En ce moment
Maroc/Guinée équatoriale: Vers le renforcement des liens entre les secteurs pri…
Economie

Maroc/Guinée équatoriale: Vers le renforcement des liens entre les secteurs privés

2M.ma2M.ma

Les moyens de renforcer les liens économiques entre les opérateurs du secteur privé du Maroc et de la Guinée équatoriale ont été au centre d'une séance de travail, lundi 26 octobre à Casablanca, entre le ministre équato-guinéen des Affaires étrangères, Simeón Oyono Esono Angue et le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Chakib Alj.

A cette occasion, M. Oyono Esono Angue, actuellement en visite au Maroc, a souligné l'importance de tirer profit davantage de l'expérience du Maroc et de son secteur privé dans les différents domaines économiques, rappelant l'excellence des relations bilatérales comme en témoignent les échanges économiques actuels.

Qualifiant le secteur privé de "moteur" de l'économie, il a révélé que le partenariat entre les deux pays a abouti à la réalisation de divers projets d'infrastructure en Guinée équatoriale.

Et de mettre en avant les efforts consentis dans son pays pour diversifier l'économie et limiter la dépendance vis à vis des ressources pétrolières, ajoutant que le Maroc est en mesure d'accompagner la Guinée équatoriale dans la mise en œuvre des différents projets relevant de cette nouvelle orientation.

 



Pour sa part M. Alj a mis l'accent sur la nécessité de donner une impulsion aux relations économiques entre les deux pays et de jeter les bases d'une coopération étroite "afin d'accompagner nos entreprises respectives dans des projets de développement communs".

Mettant en avant la réalisation par les entreprises marocaines de plusieurs projets industriels et structurants en Afrique dans plusieurs domaines, il a souligné que ces investissements permettent un transfert d’expertise nécessaire à l’émergence économique.

M. Alj a jugé nécessaire d'explorer les moyens à même d’intensifier les échanges bilatéraux "pour dépasser la centaine de millions de dirhams que nous échangeons aujourd’hui", ajoutant que "nous devons passer à une autre étape en créant de la valeur ajoutée partagée et des investissements susceptibles de créer des emplois locaux".

 

Les contenus liés

Les articles à la une