Plus de résultats
En ce moment
L'Ethiopie en état de choc après des assassinats politiques, les drapeaux en be…
Attentat

L'Ethiopie en état de choc après des assassinats politiques, les drapeaux en berne

2m.ma/Agences2m.ma/Agences

Les drapeaux étaient en berne lundi 24 juin en Ethiopie après les assassinats samedi du chef d'état-major de l'armée nationale et de hauts responsables régionaux, tués dans deux attaques séparées que les autorités estiment être une tentative de renverser le gouvernement d'une région du nord-ouest.
"C'est un jour triste pour toute la nation, nous avons perdu des patriotes", a regretté le président de la chambre basse du Parlement éthiopien, dont une déclaration lue dimanche soir par un présentateur à la télévision nationale.
Dans la nuit de samedi à dimanche, le bureau du Premier ministre avait assuré qu'une "tentative orchestrée de coup d'Etat s'est produite contre l'exécutif du gouvernement régional de l'Amhara", une des neuf régions autonomes d'Ethiopie, et la deuxième la plus peuplée du pays.
Le procureur général de la région de l'Amhara, Migbaru Kebede, est décédé ce lundi matin après avoir succombé à ses blessures dans une tentative de coup d'Etat contre le gouvernement régional de l'Amhara, a annoncé la télévision EBC.
Cette attaque a été perpétrée par un "commando de tueurs" dirigé par le chef de la sécurité de l'Amhara (nord-ouest), qui a fait irruption dans une réunion samedi après-midi, tuant le président de la région, Ambachew Mekonnen, et un autre haut responsable.
Le chef d'état-major des forces armées éthiopiennes, Seare Mekonnen, a été également assassiné à son domicile par son garde du corps dans ce qui semble avoir été une "attaque coordonnée".
Dimanche, le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a annoncé l'échec de la tentative de coup d'Etat perpétrée dans l'Etat régional d'Amhara.
"La tentative de coup dans l'Etat régional d'Amhara est contraire à la Constitution et vise à saborder la paix chèrement acquise dans la région", a dénoncé le Premier ministre dans un communiqué publié samedi soir.
Abiy Ahmed a appelé "tous les Ethiopiens à condamner cette tentative illégale", affirmant que "le gouvernement a toutes les capacités pour vaincre ce groupe armé".
 

Les contenus liés

Les articles à la une