Plus de résultats
En ce moment
VIDEO/L'essentiel du passage de Mohamed Laenser dans "Faites entrer l'invité" s…
Politique

VIDEO/L'essentiel du passage de Mohamed Laenser dans "Faites entrer l'invité" sur Radio 2M

2M.ma2M.ma

La Covid-19 pèse lourdement sur la rentrée politique au Maroc. Confrontée à une crise sanitaire inédite, la classe politique devra faire face à plusieurs défis à caractère politique, économique et social. Quelles sont les issues de secours et qu’en est-il de la mobilisation des partis politiques sur le terrain ? Les réponses à toutes ces questions et bien d’autres avec l’invité de Fathia Elaouni ce lundi 19 octobre sur Radio 2M dans son émission « Faites entrer l’invité », Mohamed Laenser, secrétaire général du Mouvement Populaire (MP).

Après l’Istiqlal, l’USFP et le PPS, Fathia Laouni donne la parole au MP en la personne de son secrétaire général, Mohamed Laenser. Pendant pas moins de 35 minutes de débat, le responsable revient sur la gestion du gouvernement de la crise sanitaire liée à la Covid-19, les recommandations de son parti pour une relance économique, la régionalisation avancée qui tarde à voir le jour et le droit de vote aux marocains résidant à l’étranger MRE.

Interrogé sur les décisions prises à la dernière minute par le gouvernement, le responsable affirme que la pandémie a surpris tout le monde et que personne ne s’attendait à cette arrivée brusque du Covid-19 estimant qu’on ne peut pas reprocher au Maroc de ne pas s’être préparé. Pour Laenser, le Maroc a bien réagi dès le départ à travers la mise en place des mesures de prévention, le confinement total notamment.

« Le jugement négatif de l’action du gouvernement est faux. Le gouvernement a bien réagi sous l’impulsion de SM le Roi Mohammed VI. On a vu comment les entreprises se sont mobilisées pour fabriquer des masques, comment l’administration et surtout l’enseignement s’est adapté au distanciel et au télétravail et comment la société civile, les autorités locales et sanitaires ont réagi sur le terrain», a-t-il dit.

Toutefois, ce qu’on peut reprocher, selon le responsable, c’est qu’il n’y a pas eu une appropriation de la maladie et des mesures par la population. « Si le citoyen dès le départ était conscient que les mesures dictées par le gouvernement son uniquement un guide mais que c’est à lui de se protéger, peut être qu’on aurait réduit un peu ces chiffres qui nous inquiètent aujourd’hui », estime-t-il.

Concernant la crise économique causée par cette pandémie, Laenser estime que la relance économique devrait être appréhendée à trois niveaux : l’urgence qui consiste à apporter jusqu’à la fin de l’année une aide aux entreprises et aux salariés en difficulté et à ne pas arrêter le soutien financier accordés aux ménages, le moyen terme qui peut s’étendre sur deux trois ans et qui consiste à réorienter les priorités et travailler dessus (santé, enseignement et secteur informel) et le troisième niveau consiste à revoir toutes les stratégies sectorielles en fonction des éclairages apportés par la pandémie.

Concernant la communication dans les médias des partis politiques, Laenser estime que "c'est une culture qui n'est pas bien installée au niveau de plusieurs partis politiques, dont le Mouvement Populaire".

Pour ce qui est de la régionalisation avancée, Laenser estime que c’est un processus progressif dans le temps mais la condition est que tout le monde soit imprégné de l’importance de cette régionalisation. « Aujourd’hui, nous avons des services centraux dont le découpage territorial n’est pas en adéquation avec les régions. Nous avons aussi des départements qui lorsqu’ils traitent de politiques stratégiques de budget, ils le font au niveau national sans se préoccuper des régions », déplore-t-il notant que la charte de déconcentration administrative a été adoptée en 2018 et que jusqu’à présent, rien ne bouge.

Autre sujet important débattu : le droit de vote des marocains résidant à l’étranger avec la création de circonscriptions à l’étranger. Selon Laenser, son parti est tout a fait d’accord pour que les MRE aient le droit de voter aux élections mais c’est sur le « comment » qu’il y a une divergence. « Nous au Mouvement Populaire, on aurait souhaité la création d’un collège des MRE au sein de la deuxième chambre comme nous avons un collège des représentants des salariés, un collège des représentants des régions et un collège des représentants de la CGEM. On l’a proposé mais pour cela il faut changer la constitution », a-t-il dit.

Voir ou revoir en intégralité le passage du secrétaire général du Mouvement Populaire, Mohamed Laenser, sur Radio 2M. 

 

Les contenus liés

Les articles à la une