Plus de résultats
En ce moment
Les CHU de Rabat et de Ouagadougou scellent leur coopération
Santé

Les CHU de Rabat et de Ouagadougou scellent leur coopération

2M.ma avec MAP2M.ma avec MAP

Le Centre hospitalier universitaire (CHU) Ibn Sina de Rabat et son homologue Yalgado-Ouédraogo de Ouagadougou ont signé une convention de coopération destinée à conférer un nouvel élan au partenariat entre les deux institutions de santé du Maroc et du Burkina Faso.

En vertu de cette convention, signée récemment à Ouagadougou par les directeurs des CHU Ibn Sina et de Yalgado-Ouédraogo, respectivement Abdelkader Errougani et Constant Dahourou, les deux parties s’engagent à élargir et à booster leur coopération et partenariat dans divers domaines, notamment la réanimation, l'ORL, la néphrologie et la formation et la recherche, ainsi que le management de l’hôpital.

"La collaboration, qui était informelle entre le CHU Ibn-Sina et le CHU Yalagdo-Ouédraogo, a été très fructueuse dans le passé et même actuellement dans le domaine de la réanimation. Et donc, ce sont les patrons de la réanimation des deux structures qui ont été les précurseurs pour que l’on puisse en arriver là", a indiqué Pr Dahourou, dans une déclaration à la presse en marge de la cérémonie de signature.

"Nous avons commencé par la réanimation. Mais accessoirement, nous avons des domaines où les spécialistes étaient déjà prêts à présenter quelque chose et c’était l’ORL, la néphrologie et tout ce qui est dialyse. Nous commençons par les trois. Ce n’est pas parce qu’ils sont plus importants. Les autres domaines seront également développés et nous verrons comment les deux hôpitaux pourront avancer ensemble", a-t-il ajouté.

De son côté, Pr Errougani a souligné que la signature de cette convention de coopération entre dans le cadre du partage de l’expérience marocaine avec le Burkina Faso en particulier et les pays de l’Afrique subsaharienne en général, précisant qu’il ne s’agit, en aucun cas, d’une assistance. "Nous, nous allons bénéficier de l’expérience burkinabè en matière de soins. Nous allons participer à des projets de recherche communs puisque la pathologie, qu’elle soit au niveau du Maroc ou du Burkina Faso, se rapproche", a-t-il estimé. 
 

Les contenus liés

Les articles à la une