Plus de résultats
En ce moment
Le CESE brosse le portrait de la jeunesse marocaine et propose une initiative p…
Société

Le CESE brosse le portrait de la jeunesse marocaine et propose une initiative pour son inclusion

Modifié le

Le Maroc doit tirer avantage de son capital humain. C'est fort de ce constat que le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) dresse un tableau plutôt sombre de la jeunesse marocaine, cet élément essentiel au développement économique et social auquel le gouvernement ne semble pas accorder assez d'intérêt. Une nouvelle vision est en gestation.

Le rapport est sans appel. Saisi par le Président de la Chambre des Conseillers en date du 7 novembre 2017 pour élaborer une étude sur "la stratégie intégrée de la jeunesse", le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE), à travers une commission ad hoc, a mis sur pieds un rapport de 47 pages, portant sur "une nouvelle Initiative nationale intégrée pour la jeunesse marocaine". Une démarche qui puise dans plusieurs expériences internationales pour le développement des jeunes. 

Un Marocain sur trois est âgé de moins de 34 ans

Réaliser que près d’un marocain sur trois est un jeune de moins de 34 ans suffit pour comprendre qu’une initiative en faveur de la jeunesse est non seulement un investissement pour l’avenir mais également une nécessité pour le bien-être des générations actuelles. C'est ainsi que le CESE jette la lumière sur cette population clé de l’avenir, pourtant, mise aux oubliettes.

"Les opportunités données à la jeunesse et sa participation en demi-teinte à la vie économique et sociale sont des indicateurs qui révèlent le niveau encore relatif de cohésion sociale du pays", fustige le rapport.

 

Des jeunes à la confiance effacée !

Ces 15-34 ans, l’instance de Nizar Baraka les décrit comme marginalisés de la vie publique, économique et sociale.

Si ces jeunes sont au bord du chemin, c'est bien en raison de plusieurs maux: Chômage, sous-employabilité, décrochage scolaire et disparités territoriales ont en effet engendré chez cette tranche de la population un déclin de confiance. D'où l’importance selon le conseil d'une restauration de la confiance de la jeunesse, pour qui le sentiment de défiance vis-à-vis de la société de façon générale est important et a tendance à s’accentuer avec des impacts négatifs sur leurs comportements et sur la cohésion sociale de façon plus générale.

Le CESE note dans ce sens qu’en 2016, le Maroc figurait au 120ème rang des 183 pays sur l’échelle de l’indice de développement de la jeunesse, derrière la plupart des pays à revenu intermédiaire de la région MENA, dont la Jordanie (114ème rang), la Tunisie (110ème rang), le Liban (76ème rang) et la Turquie (62ème rang).

 

 

 

C'est partant de cet état des lieux plutôt morose que le CESE propose une initiative nationale intégrée pour la jeunesse, appelant à mobiliser tous les acteurs de la société, et à leur tête les jeunes, afin de s’approprier cette ambition collective, dans le cadre d’un grand contrat social entre l’Etat, les territoires et les jeunes. 

Une initiative "orientée actions"

Une initiative "orientée actions" et s’appuyant sur trois principes directeurs et neufs domaines d'intervention pour la réalisation d'un seul objectif général:  Assurer un développement inclusif de la jeunesse.

Participation effective des jeunes dans la prise de décision

La participation des jeunes est une clé pour bâtir une société solidaire. La renforcer la créerait les  conditions favorables au dialogue, en les considérant comme des citoyen-ne-s à part entière, capables de faire des propositions et d’être associés aux prises de décision, et en valorisant leurs idées, leurs engagements et leurs actions, tout en prévoyant les espaces et les méthodes adaptés pour cela.  Renforcer leur participation, c’est aussi développer la culture de la participation partout, le conseil appelle à s’assurer que dans le cadre de la mise en place de politiques publiques, leurs avis soient demandés, et qu’elles soient évaluées ensuite avec eux. Plusieurs exemples de participation de jeunes dans la prise de décision sont à envisager : activation du conseil national de jeunesse, mise en place de réseaux régionaux de jeunes et participation dans les conférences, organisations dirigées par les jeunes, participation dans des comités consultatifs, et participation dans des processus politiques.

Équité et égalité des chances entre les jeunes citoyennes et citoyens

Etablir et maintenir des rapports égalitaires entre les jeunes citoyennes et les citoyens, à travers un dialogue continu et intergénérationnel entre toutes les composantes de la société.

Gouvernance cohérente et intégrée aux niveaux national et territorial

Cohérence de l’ensemble des actions publiques en faveur de la jeunesse.L'action gouvernementale doit être intégrée, afin de tenir compte de l’état actuel du développement, des rôles et responsabilités des acteurs, des contraintes, des objectifs projetés, et de la nécessité de territorialiser la politique publique en faveur de la jeunesse. Cela suppose une action concertée, pensée et mise en œuvre au niveau régional avec un accompagnement central, ainsi qu’une adaptation continue des politiques.

 

Afin de réaliser cet objectif, l’initiative prône la mise en oeuvre de trois moyens, à savoir des actions d'intégration transsectorielle, visant à garantir la prise en considération des questions liées à la jeunesse dans l'élaboration, la mise en œuvre et l'évaluation des politiques et des actions relatives aux autres domaines ayant un impact important sur les jeunes, comme l'éducation, l'emploi ou la santé. En deuxième lieu se placent des actions spécifiques en faveur de la jeunesse, destinées à encourager la participation à la société civile, les activités bénévoles, la créativité et la culture, l’animation socio-éducative, la mobilité et l’accès à l'information. Puis un modèle de gouvernance pour assurer la cohérence et l’efficience de l’action en faveur de la jeunesse.

nouvelle initiative implique par ailleurs neuf domaines stratégiques  à savoir l'éducation, l’employabilité, la prévention, (la santé physique et psychologique et la protection sociale), la lutte contre la vulnérabilité, la pauvreté, la précarité et l’exclusion des jeunes, l’engagement des jeunes, les valeurs et le sentiment d’appartenance à la nation, laa culture, le sport et les lieux de vie, le respect de l’environnement et l’éducation environnementale, le rayonnement international et la présence dans les grands agendas mondiaux.

 Une volonté politique est de mise 

La nouvelle Initiative portée par le CESE requiert une véritable volonté politique, pour que des choix stratégiques soient opérés, en s'appuyant sur des leviers potentiels d'inflexion, à la fois sur les plans sociétal, économique, institutionnel et politique. Elle ambitionne de constituer un cadre de référence qui orientera l’élaboration et la mise en œuvre des politiques et des programmes publics dédiés à la jeunesse. le Conseil dresse un signal fort quant à l’importance d’engager des changements profonds sur ces domaines, catégorisés sur la base du diagnostic préalablement établi, et essentiels pour placer la jeunesse marocaine sur un sentier de plus grande prospérité partagée

Adopté le 31 mai et publié le 7 août, le document est basé sur l’accumulation travaux de différents organismes, traitant de la jeunesse marocaine et de son développement potentiel, y compris le contenu de précédents rapports publiés par le CESE lui-même. Il synthétise également les conclusions des débats animés dans le cadre des auditions ciblées et des ateliers organisés par la Commission ad’hoc, en plus d'une série de rencontres entreprises avec les institutions gouvernementales et non gouvernementales concernées. L'objectif, note le conseil était de recouper les points de vue sur les réalisations ainsi que les obstacles, mais aussi et surtout d’enrichir les pistes de réflexion, en vue de construire un cadre de coordination de toutes les actions sectorielles en faveur des jeunes. Le conseil précise en outre que ce travail n'a pas vocation à se substituer à celui des acteurs sectoriels en charge de la réalisation de la stratégie intégrée de la jeunesse, en cours d’élaboration, mais entend proposer sa propre vision et une plateforme facilitant la mobilisation des acteurs autour d’un projet fédérateur.

 

Les contenus liés

Les articles à la une