Plus de résultats
En ce moment
L'appel de SM le Roi à un dialogue avec l'Algérie: Les réactions fusent à l'int…
Maroc

L'appel de SM le Roi à un dialogue avec l'Algérie: Les réactions fusent à l'international

Modifié le

Le discours de SM le Roi Mohammed VI le 6 novembre 2018, une "main tendue" à l'Algérie pour ouvrir une nouvelle page dans les relations bilatérales et surmonter les différends pour un meilleur avenir des deux peuples, a été fortement salué par des chefs d'Etat ou de gouvernement, de hauts responsables, d'hommes politiques ou encore des organisations et associations internationales. 
En effet, les réactions officielles quant à l’appel du Souverain à la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation afin de dépasser les "différends conjoncturels" entravant le développement des relations bilatérales se suivent et sont unanimes dans leur soutien.
 Réactions à l'international...

Le Secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres, « a toujours été favorable à un dialogue renforcé entre le Maroc et l’Algérie », avait affirmé  à New York son porte-parole, Stéphane Dujarric, et ce en réaction à l’annonce par SM le Roi de la disposition du Maroc au dialogue direct et franc avec l’Algérie, contenue dans le Discours à la Nation, prononcé par le Souverain à l’occasion du 43-ème anniversaire de la Marche verte.
« Le Secrétaire général a toujours été favorable à un dialogue renforcé entre le Maroc et l’Algérie », a dit le porte-parole lors de son point de presse quotidien, en réponse à une question d’un journaliste au sujet de la proposition par du Souverain à l’Algérie de créer un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation, contenue dans le discours Royal.

Aux Etat-Unis, PJ. Crowley, ancien sous secrétaire d’état US en charge des affaires publiques, aa declaree aa l'agence marocaine de presse que l’annonce faite par le Souverain est “opportune” et “bienvenue”.
“Etant donné que le Maroc et l’Algérie sont voisins, qui confrontent des différends complexes sans solutions faciles, la proposition du Souverain d’engager un dialogue de bonne foi est bien évidemment la bienvenue”, a tenu à souligner M. Crowley, également ancien porte-parole de la diplomatie américaine.
Et de faire observer, à ce propos, que “si l’Algérie répond par la réciproque, cela serait un pas significatif vers l’avant”. 
L’Union européenne (UE) a salué, vendredi 9 novembre, l’initiative de SM le Roi Mohammed VI, d’ouvrir un “dialogue franc et direct” avec l’Algérie. 
Dans une déclaration de l’une de ses porte-paroles, l’UE affirme avoir «suivi avec intérêt» le discours de SM le Roi et l’initiative du Souverain de créer un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation, afin de dépasser les différends conjoncturels entravant le développement des relations entre le Maroc et l’Algérie.
«Toute initiative constructive susceptible de contribuer à la bonne coopération dans la région du Maghreb est la bienvenue », a souligné la porte-parole dans sa déclaration à la MAP.

La France accueille, pour sa part, «avec un grand intérêt» la proposition faite par SM le Roi Mohammed VI à l'Algérie.
La France a ainsi affirmé, jeudi 8 novembre, avoir pris connaissance «avec un grand intérêt» de la proposition faite par le Souverain d' «un dialogue renouvelé avec l'Algérie».
«La France a toujours appelé de ses vœux le renforcement des liens entre le Maroc et l'Algérie, qui sont des partenaires majeurs auxquels nous unissent des liens d'une densité exceptionnelle», a souligné la porte-parole du ministère de l’Europe et des affaires étrangères.
La porte-parole du Quai d’Orsay répondait, lors du point de presse électronique quotidien, à une question sur la proposition de SM le Roi relative à la mise en place d'un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation avec l'Algérie.
Dans le même sens, l’Espagne a salué la disposition du Maroc au dialogue direct et franc avec l’Algérie, affirmée par SM le Roi Mohammed VI dans Son Discours du 6 novembre, qualifiant cette annonce de "grande nouvelle".
La proposition faite par SM le Roi Mohammed VI à l’Algérie pour établir un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation est une "grande nouvelle", a souligné le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, Josep Borrell, sur son compte Twitter.
Cette offre, a-t-il ajouté, est de nature à "renforcer la relation et l’intégration régionale entre deux pays aussi importants qui sont voisins, amis et partenaires stratégiques de l’Espagne".

Le gouvernement portugais a lui aussi réaffirmé son soutien à toutes les initiatives susceptibles de contribuer à résoudre les différends entre le Maroc et l'Algérie, en réaction au discours royal à l'occasion de la Marche Verte.
"Le gouvernement portugais a pris connaissance avec un grand intérêt de la récente proposition du Roi du Maroc de créer un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation avec l'Algérie, qui permettrait aux deux pays d'examiner toutes les questions bilatérales, avec franchise, objectivité, sincérité et bonne foi, sans conditions ni exceptions, dans le cadre d’un agenda ouvert", a indiqué vendredi 9 novembre un communiqué du ministère portugais des Affaires étrangères.
"Le gouvernement portugais réaffirme son soutien à toutes les initiatives susceptibles de contribuer à résoudre les différends existants entre le Maroc et l'Algérie, deux pays amis avec lesquels le Portugal entretient des relations très denses et privilégiées, et de favoriser ainsi la compréhension et la coopération entre les pays du Maghreb, la prospérité et la stabilité de cette région", ajoute le communiqué. 

Les réactions officielles du monde arabe et de l'Afrique versent dans le même sens. 
En effet, le Royaume du Bahreïn a salué, mercredi, au lendemain du discours royal, l’initiative proposée par SM le Roi portant sur la mise en place d’un mécanisme conjoint de dialogue et de concertation avec l’Algérie.
Dans un communiqué du ministère des Affaires Etrangères, le Bahreïn souligne que cette "sage initiative reflète l’engagement de SM le Roi en faveur du dialogue et des relations fraternelles liant les deux pays et ce dans le but de renforcer et d’élargir davantage la coopération au profit des deux peuples frères". 
Manama aspire que "ce cadre de concertation permettra de dépasser les obstacles qui entravent le développement des relations entre les deux pays et l’investissement de leurs capacités au service des intérêts des Etats du Maghreb Arabe et de l’action arabe commune".
Dans un communiqué publié le même jour, le ministère qatari des Affaires étrangères a salué cette décision qui peut être « le début d’un dialogue constructif et fructueux ».
Au Qatar , le ministère des Affaires étrangères a salué cette décision royale qui peut être "le début d'un dialogue constructif et fructueux".
Le Qatar considère "l'ouverture des voies de dialogue entre les deux pays frères" comme la fin du conflit, soulignant la confiance de Doha dans la sagesse des deux dirigeants et leur volonté à résoudre les différends de longue date et à défendre les intérêts de leurs peuples.
Le Sultanat d’Oman n'a pas tardé à saluer le contenu du discours Royal. Selon l’Agence de presse omanaise, "le Sultanat se félicite de l’appel de SM le Roi au dialogue constructif avec l’Algérie et au règlement pacifique des différends entre les deux pays frères pour renforcer la sécurité et la stabilité dans la région du Maghreb arabe". 
Même réaction pour le Koweït. Dans un communiqué publié jeudi, le ministère koweïtien des Affaires étrangères aspire que cette initiative royale constructive contribuera au règlement pacifique des différends entre les deux pays frères et ce, au service du renforcement de la sécurité et de la stabilité au Maghreb arabe et de la préservation des intérêts légitimes des peuples de la région.
La Jordanie se félicite aussi de l'appel de SM le Roi à l'Algérie. La Jordanie s'est félicitée de l'appel de SM le Roi à lancer un dialogue direct et franc avec l'Algérie et créer un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation pour désamorcer le blocage dans lequel se trouvent les relations entre les deux pays et asseoir ces relations sur de solides bases de confiance, de solidarité et de fraternité, a affirmé vendredi le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi.
Transcender les différends entre les deux pays frères et ouvrir une nouvelle page de coopération ne peuvent qu'être bénéfiques à l'intérêt arabe dans la mesure où cette démarche renforcera l'action arabe commune et aidera à relever les défis auxquels fait face la Ouma arabe, a souligné le ministre jordanien.
Il a aussi mis l'accent sur le rôle central du Maroc et de l'Algérie dans l'action arabe commune, soulignant la nécessité d'interagir positivement avec l'appel lancé par SM le Roi dans Son discours de la Marche verte et qui vise à ouvrir de nouvelles perspectives dans les relations entre les deux pays au service des intérêts des deux peuples frères et de la région arabe.
La Jordanie appuie de manière constante tous les efforts visant à résoudre les différends arabes et mettre en place des mécanismes de coopération efficients entre les pays arabes, a-t-il rappelé.
La Mauritanie a salué également la proposition faite par le Souverain à l'Algérie. «Nous accueillons favorablement toute initiative et nous lui souhaitons plein succès», a déclaré le ministre mauritanien de la Culture, de l'Artisanat et des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Sidi Mohamed Ould Maham lors d’une conférence de presse tenue à l’issue de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement.
«La Mauritanie encourage et souhaite plein succès à toute initiative de nature à garantir la stabilité et la sécurité de la région, ainsi que le bon voisinage», a encore souligné le porte-parole du gouvernement.
L'Etat des Emirats Arabes Unis (EEAU) a quant à lui mis en avant l'initiative de SM le Roi Mohammed VI relative à la création d'un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation avec l'Algérie.
Cité par l'Agence émiratie de presse, le ministre émirati des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Cheikh Abdallah Ben Zayed al-Nahyane, a salué la teneur du discours royal du 6 novembre 2018, se félicitant ainsi de l'initiative historique prise par SM le Roi pour la création d'un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation avec l'Algérie,afin de désamorcer le blocage dans lequel se trouvent les relations entre les deux pays voisins frères.
La proposition de SM le Roi contribuera, indubitablement, à soutenir les efforts visant le renforcement du dialogue entre les pays frères et à apaiser le climat entre Etats arabes, a-t-il estimé, considérant qu'un dialogue global et franc entre pays frères est à même d'amorcer des discussions constructives et positives et de consolider les relations bilatérales et les approfondir davantage.
L'EEAU, sous le leadership de Cheikh Khalifa Ben Zayed al-Nahyane, et à travers son engagement historique pour l'appui à l'action arabe commune, est soucieuse de renforcer les liens de coopération fraternelle et historique entre les Etats arabes frères du Maghreb, en prélude à l'établissement de relations de coopération et de partenariat stratégique dans les différents domaines politique, économique et social, avec pour principal objectif de consolider la sécurité arabe, a-t-il dit.

Le secrétariat général de l'Union du Maghreb arabe (UMA) a salué l'initiative de SM le Roi Mohammed VI visant à mettre en place un mécanisme conjoint de dialogue entre le Maroc et l'Algérie autour des questions en suspens, en vue de surmonter les différends. 
Dans un communiqué, le secrétariat général de l'UMA a indiqué avoir suivi avec un vif intérêt le discours de SM le Roi à l'occasion du 43ème anniversaire de la Marche verte, particulièrement les éléments analysant les relations entre les grands voisins que sont le Maroc et l'Algérie, la volonté d'ouvrir une nouvelle page et la "proposition d'un mécanisme conjoint de dialogue autour des questions en suspens dans le but de surmonter les différends, ouvrir les frontières et créer une dynamique qui facilitera la coopération, la complémentarité et l'intégration dans le cadre de l'UMA".
Cette initiative importante "promet de raviver l'Union qui commémorera, au début de l'année prochaine, le trentième anniversaire de son lancement à Marrakech", ajoute le communiqué.
Par ailleurs, le secrétariat de l'UMA a exprimé son souhait de voir les "frères interagir positivement avec cette initiative audacieuse" pour donner une nouvelle impulsion à l'action maghrébine commune afin de réaliser un développement global durable, qui garantira une vie digne aux peuples, de l'emploi aux jeunes, et qui immunisera ces derniers contre les dangers de l'extrémisme et du terrorisme, tout en faisant d'eux des éléments constructifs pour un avenir maghrébin meilleur et pérenne. 
Le Secrétaire général de la Ligue des Etats arabes, Ahmed Abou El-Gheit, s'est félicité du discours de SM le Roi. Dans un communiqué de la Ligue arabe, M. Abou El-Gheit a souligné que cet important appel est de nature à ouvrir de nouvelles perspectives dans les relations entre les deux pays et au niveau de l'Union du Maghreb arabe (UMA).
Cette initiative, a-t-il ajouté, renforcera la coopération en Afrique du Nord et dans la région du Sahel et du Sahara notamment en matière de lutte contre le terrorisme et le crime organisé. 
"Le Secrétaire général de la Ligue des Etats arabes a tenu à mettre l'accent sur le rôle important des deux Etats arabes dans l'action arabe commune dans différents domaines, ce qui nécessite d'accueillir favorablement toute initiative visant à rapprocher les points de vue des deux parties sur les sujets de conflit vu le voisinage des deux pays et les défis communs auxquels ils font face à leur tête le terrorisme", a indiqué le porte-parole de la Ligue arabe, Mahmoud Affifi cité par le communiqué.

Pour le Secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine ( OLP), Saeb Erekat, l’appel du Souverain  à lancer un dialogue avec l’Algérie reflète un “profond esprit stratégique”.
“J’ai écouté le discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans lequel le Souverain a appelé à dépasser les divergences avec l’Algérie, ce qui reflète un profond esprit stratégique”, a déclaré vendredi à la MAP le négociateur-en-chef palestinien, qui prend part au Forum MEDays, tenu à Tanger.
 

En Afrique, les réactions versent dans le même sens.
En Côte d’Ivoire, le discours de SM le Roi, une "main tendue" à l'Algérie, est un acte de haute portée politique, a indiqué, jeudi à Abidjan, le ministre de l'Intégration africaine et des Ivoiriens de l'extérieur, Ally Coulibaly.
"Le discours de SM le Roi Mohammed VI, qui est une main tendue du Maroc à l’Algérie, est une initiative de paix et un geste de haute portée politique qui porte la marque des grands chefs d’Etat. Tout le monde s’accorde à le reconnaitre", a-t-il déclaré à la presse, en réaction au discours adressé par SM le Roi à la Nation à l'occasion du 43ème anniversaire de la Marche verte.
"Le président Alassane Ouattara salue et se félicite de ce geste qui renseigne sur la hauteur de vue de SM le Roi et montre l’attachement du Souverain à la paix et au dialogue", a ajouté le ministre ivoirien.
"La Côte d’Ivoire, pays ami du Maroc, encourage SM le Roi Mohammed VI à poursuivre dans cette voie de la main tendue (...)", a-t-il dit. "Si ces deux pays s’entendent, ça sera une très bonne nouvelle non seulement pour le Maghreb mais pour le développement de toute l’Afrique", a conclu le ministre ivoirien de l’intégration africaine. 
Le Burkina Faso lui "apprécie fortement” la main tendue à l’Algérie par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, qui oeuvre à apaiser les relations entre les pays frères et à éliminer les discussions qui retardent l’avancement de l’Afrique, a affirmé, vendredi à Tanger, le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré. 
Le Burkina Faso “apprécie positivement le dernier discours de Sa Majesté, qui travaille à faire en sorte que nous puissions éliminer entre les pays africains les faux procès, les discussions qui nous retardent afin de travailler à apaiser les relations entre les pays frères, et de rechercher les vraies solutions aux problèmes de l’Afrique, l’unité, le développement économique partagé et l’amélioration des conditions de vie de nos populations”, a déclaré à la presse M. Kaboré en marge du Forum MEDays, qui se tient du 7 au 10 novembre à Tanger.
Le chef de l’Etat burkinabé a, dans ce sens, dit “apprécier fortement la main tendue à nos frères de la République populaire d’Algérie pour qu’ensemble les frontières, qui sont fermées depuis fort longtemps, nous puissions les rouvrir, et nous puissions travailler à la cause commune de l’Afrique”.
Pour le Gabon, la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation entre le Maroc et l’Algérie, proposée par SM le Roi Mohammed VI dans Son discours de la Marche verte, favorise un consens global sur toutes les questions du Maghreb et de l’Afrique toute entière, a affirmé M. Ebang Essono Aristide, ambassadeur itinérant au ministère gabonais des affaires étrangères.
"Le Maroc et l’Algérie sont des pays frères. La concertation entre les deux voisins ne peut qu’être favorable à l’intégration africaine", a déclaré à la MAP M. Essono Aristide, chargé des accords de partenariat économique et des négociations commerciales. 
"Un espace de concertation entre les deux pays pourrait favoriser un consensus global sur toutes les questions qui concernent non seulement le Maghreb mais toute l’Afrique", a-t-il dit. 
"C’est une très bonne initiative qui aura tout l’appui du Gabon", a poursuivi le diplomate gabonais, notant qu’avec une telle démarche, l’Afrique sera assurée de la mutualisation des efforts et des moyens des deux pays pour résoudre les problèmes qui se posent en Afrique de manière globale, notamment la question migratoire et la lutte contre le terrorisme et les narcotrafiquants.
Au Sénégal, le Médiateur de la République et ancien ministre des Affaires étrangères, Alioune Badara Cissé a indiqué que l'appel royal à un dialogue franc et direct avec l'Algérie, est "un exemple aux leaders du monde et de l’Afrique"
En appelant à un dialogue franc et direct avec l’Algérie, SM le Roi a donné l’exemple à tous les leaders du monde, notamment africains, a estimé Alioune Badara Cissé. "Je voudrais en ma qualité d’ancien ministre des Affaires étrangères du Sénégal et aujourd’hui médiateur de la République de ce pays, me prononcer avec fierté, mais également avec beaucoup d’humilité, devant ce geste auguste et exceptionnel du Souverain, que Dieu Le protège, suite à Son appel lancé au peuple frère algérien pour que, sans ambages, sans délai et sans intermédiaire, des discussions puissent être menées et pour que la paix prévale entre ces deux pays", a affirmé M. Cissé dans une déclaration à la MAP. 
"Cet appel me semble un geste majeur de la part du Souverain (...)",  a-t-il noté, formulant l’espoir que cet appel royal soit suivi par les autorités algériennes et qu’elles saisissent cette main tendue du Maroc pour qu'"ensemble, ces deux pays puissent s’asseoir autour de la table des négociations et apurer ce contentieux qui ne fait qu’engrener le développement de l’Afrique".
"Le Maroc a montré l’exemple, l’Algérie ne peut moins faire. Ainsi, les autres pays africains au sud du Sahara devraient s’inspirer de cet exemple pour que l’entièreté du continent soit un ensemble paisible, prospère et où il fait beau vivre", a-t-il souligné. 
Le Soudan a exprimé, lui vendredi 9 novembre, son soutien à l'initiative de SM le Roi d'ouvrir un dialogue direct et franc avec l'Algérie afin de transcender les différends conjoncturels entravant le développement des relations entre les deux pays.
Le ministère soudanais des Affaires étrangères a affirmé, dans un communiqué, qu'il suivait avec intérêt et appréciation l'initiative du souverain d'appeler à un dialogue direct et franc avec l'Algérie afin de transcender les différends conjoncturels entravant le développement des relations entre les deux pays et à s'ouvrir aux initiatives proposées par l'Algérie pour sortir de cette impasse.
"Sur la base des relations fraternelles distinguées du Soudan avec les deux pays frères et de la grande reconnaissance pour leur rôle dans les questions arabes et africaines, le Soudan exprime son soutien à cette initiative et au dialogue constructif entre les deux pays frères", précise le communiqué.
Pour la République du Cap vert, SM le Roi a prononcé un discours “fort et historique” tendant la main à l’Algérie, faisant ainsi un “pas en avant qui va dans la bonne direction”, a affirmé, mercredi à Tanger, le ministre des Affaires étrangères du Cap-Vert, Luís Filipe Lopes Tavares. 
Le discours royal contient “des propos historiques, des mots très forts”, a déclaré M. Tavares à la MAP, en marge de la MEDays ECOWAS Initiative, ajoutant que le Souverain “a tendu la main à l’Algérie en parlant en tant que visionnaire, avec beaucoup de coeur et de sincérité”. 
“Le Roi a fait un pas en avant, un geste fort, et qui va, à notre avis, dans la bonne direction pour rapprocher les deux pays”, a souligné le ministre cap-verdien, estimant qu’il s’agit là d’une “opportunité à saisir”. 
Même son de cloche chez le président fondateur du Crans Montana Forum, Jean-Paul Carteron. L'appel de SM le Roi Mohammed VI à ouvrir un dialogue franc et direct avec l'Algérie ouvre les portes de l'espoir pour les peuples de la région qui aspirent à l'intégration et au développement, a souligné Jean-Paul Carteron, dans une déclaration à la MAP.
" Cette hauteur de vue est une nouvelle illustration des efforts constants déployés par SM le Roi dans le but de parvenir à un apaisement, à la paix et à une bonne entente entre les deux plus importants pays du Maghreb pour développer une zone de coopération, de développement et de fraternité qui ferait de cette partie du monde l'un des plus grands acteurs économiques de la planète", a-t-il affirmé.
 Il a relevé, dans ce sens, que  "le Maroc et l'Algérie peuvent faire des choses magnifiques ensemble", émettant le vœux de voir "l'Algérie saisir l'opportunité qu'offre cette initiative courageuse de main tendue".
Dans la même lignée, le président de l'Institut luso-arabe pour la coopération, Manuel Pechirra a affirmé, mercredi à Lisbonne, dans une déclaration aa la MAP que l'appel lancé par SM le Roi Mohammed VI pour l'ouverture d'un dialogue direct et franc entre le Maroc et l'Algérie constitue "un pas positif" pour le règlement des diferends, émettant le souhait que l'Algérie accueille favorablement cette proposition. 
SM le Roi Mohammed VI a souligné, le mardi 6 novembre, la disposition du Maroc au "dialogue direct et franc" avec l'Algérie et proposé la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation afin de dépasser les "différends conjoncturels" entravant le développement des relations bilatérales.
En Afrique de l'Est, les réactions de députés et de responsables n'ont pas tarder à venir. A Nairobi, Dr. Yusuf Abdulrahman Nzibo, président du Conseil Suprême des musulmans du Kenya a salué l'appel lancé par SM le Roi, notant que l'initiative royale traduit l'engagement du Souverain en faveur de l'unité de l'Afrique et pour la défense de la la paix sur tout le continent.
Dr Nzibo s'est dit "touché" par l'engagement exprimé par SM le Roi, Amir Al Mouminine, pour asseoir les relations entre le Maroc et l'Algérie sur des bases de confiance, de solidarité et de bon voisinage.
"Nous sommes touchés par l’appel de Sa Majesté le Roi à la réconciliation avec l’Algérie et qui traduit une profonde conviction en les valeurs et préceptes du Saint coran et aussi en les enseignements de notre prophète Sidna Mohammed, paix et salut sur lui", a soutenu Dr Nzibo.
"Il incombe maintenant aux autorités algériennes de saisir l'opportunité offerte par l'appel lancé par SM le Roi Mohammed VI d'ouvrir une nouvelle page dans les relations avec l'Algérie et de régler les problèmes en suspens", a soutenu de son coté le député Mwambu Mabongah, membre du Mouvement Démocratique Wiper-Kenya.
M. Mabongah, qui préside les commissions parlementaires des conflits régionaux, a affirmé que les "dirigeants algériens actuels devraient tirer les leçons des erreurs de leurs prédécesseurs pour éviter de perdre une telle opportunité". 
Il a ainsi appelé l'Algérie à entamer un dialogue avec le Maroc fondé sur les mêmes principes de confiance, d'honnêteté et de respect mutuel de la souveraineté, tels qu'ils ont été défendus par le Souverain.
Le député kényan a salué grandement "la main de paix et de réconciliation honnête et sincère" tendue par SM le Roi à l'Algérie. "Cet acte d'engagement en faveur d'un règlement pacifique des questions bilatérales devrait être soutenu et imité par tous les hommes d'État épris de paix", a-t-il affirmé.
SM le Roi Mohammed VI a fait preuve de réalisme et a rompu avec les chimères qui guident certains dans la région, écrit, jeudi le quotidien libanais +Al Mustakbal+, notant que l'appel lancé par le Souverain pour ouvrir une nouvelle page dans les relations avec l'Algérie constitue une occasion idoine pour les deux pays de surmonter leur différend pour un meilleur avenir des deux peuples. 
Et d'ajouter que "le discours du Souverain n'a pas seulement mis l'accent sur le passé et les liens entre les deux peuples, mais a proposé des mécanismes pratiques pour sortir d'une impasse qui ne peut pas continuer éternellement".
Il a noté que SM le Roi, à travers le discours du 6 novembre, offre une base solide pour une nouvelle étape que tous les pays de l'Afrique du nord doivent chercher à atteindre, ajoutant qu'au cours des 24 dernières années, depuis la fermeture des frontières maroco-algériennes, le Maroc a réussi à se développer sans s'empêcher de s'ouvrir sur d’autres pays de la région, dont l’Algérie. 
Pour de nombreux analystes, le silence radio des officiels algériens traduit l'embarras dans lequel s'est retrouvée la classe politique dirigeante de ce pays. «Cette classe ne s'attendait pas du tout à ce que le roi du Maroc fasse une telle initiative en ce moment précis. Le timing a secoué Alger et le palais de la Mouradia», explique ainsi le politologue marocain Mustapha Sehimi.
L'embarras d'Alger pourrait être motivé par le fait que l'appel du Maroc intervient à quelques semaines seulement de la table ronde qui va réunir, en décembre prochain, à Genève, le Maroc et l'Algérie avec la participation des séparatistes, de la Mauritanie et de Horst Köhler, l'envoyé personnel du SG de l'ONU. «La main tendue du souverain a surpris par sa force, son sens et son timing», estime Mustapha Sehimi.
Ainsi grandes puissances, organismes internationaux, pays occidentaux, africains, proches ou lointains, tous sont unanimes quant à la pertinence de l’appel de SM le Roi pour un dialogue direct et franc entre le Maroc et l’Algérie, ainsi que la création, à cette fin, d’un mécanisme politique commun  pour surmonter les divergences entre les deux pays.

Les contenus liés

Les articles à la une