Plus de résultats
En ce moment
Karim Tazi à 2M.ma:Les Cités des Métiers viennent répondre aux attentes des jeu…
Formation professionnelle

Karim Tazi à 2M.ma:Les Cités des Métiers viennent répondre aux attentes des jeunes et des entreprises à titre égal

Toutes les régions du Maroc seront dotées de "Cités des Métiers et des Compétences", des structures multisectorielles et multifonctionnelles appelées à devenir un levier stratégique de la compétitivité et un facteur majeur de l'insertion des jeunes dans la vie active, avait déclaré, jeudi 4 avril 2019, le ministre de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Said Amzazi, lors de la séance de présentation, devant SM le Roi Mohammed VI, de la Feuille de route relative au développement du secteur de la formation professionnelle.  
À la tête de l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (Amith), Karim Tazi a bien voulu répondre à nos questions concernant cette nouvelle feuille de route et du projet de création des «Cités des Métiers et des Compétences».

 
Q/Comment vous avez accueilli cette initiative visant à doter les 12 régions du Royaume de ces nouvelles Cités ? 

R/ "Aujourd’hui, ces nouvelles « Cités des Métiers et des Compétences » viennent répondre aux attentes de nos jeunes et des entreprises à titre égal. En ce qui concerne l’industrie du textile, ces structures tombent à point nommé pour résoudre des problématiques réelles. Tout d’abord par la qualité de la formation. Ces Cités vont regrouper un ensemble de compétences pour plus d’efficience. On va pouvoir livrer des formations à la fois pour des métiers de base et de savoir-faire mais également compléter les cursus par un accès renforcé aux langues et aux autres outils pour réussir là où l'école aurait failli, paraît-il.
Le deuxième point essentiel, ces Cités à travers leurs méthodes de formation vont rapprocher l’entreprise des futurs lauréats par l’apprentissage alterné. Enfin, ces citées vont pouvoir aider les jeunes à s’ancrer dans la modernité via des formations digitales présentes sur l’ensemble des régions de notre pays, précisément, des formations en industrie 4.0.
De mon point de vue, il n’existe pas de développement durable qui ne soit pas inclusif. L’avantage avec ces Cités c’est qu’elles permettront de dispenser des des formations aux jeunes pour accéder à des métiers d’avenir dans les 12 régions du Maroc".

Q/ Ces nouvelles cités vont privilégier des formations qui répondent aux spécificités et aux potentialités de chaque région. Le textile est un pilier de l’industrie marocaine. Y a-t-il selon vous des "failles" au niveau de la formation dans ce secteur ?

R/ "Toutes les industries actuellement sont soumises à de nouveaux défis. L’artificiel, le digital, l’industrie 4.0, nous obligent à se poser des questions tous les jours. Ces développements défient la formation professionnelle.
Le constat est que nous n’avons pas des lauréats adéquats pour répondre aux besoins du marché. Nous comptons sur cette réforme pour  fournir des formations aux métiers d’avenir à travers ces centres d’excellence en vue de booster la formation face aux nouveaux enjeux de l’industrie et de l’intelligence artificielle".

Q/ Quel serez votre message aux professionnels pour une réelle implication dans la mise en œuvre de ces Cités ?

R/ "Ces Cités vont être gérer conjointement par la Région, l’Etat et les professionnels. Le vrai défi c’est la mise en œuvre de ces structures. Les professionnels à travers les associations doivent tous s’impliquer. Il s’agit, sans aucun doute, d’un défi majeur de développement pour notre pays. Dans une première nous allons être associés aux pouvoir public pour la gestion des « Cités des Métiers et des Compétences »".

Présidant, jeudi à Rabat, une séance consacrée à la présentation de la Feuille de route relative au développement de la formation professionnelle et du projet de création des «Cités des Métiers et des Compétences», SM le Roi Mohammed VI a montré une nouvelle fois l’attention particulière dont il ne cesse d’entourer ce secteur.
Visant à valoriser les acquis du secteur de la formation professionnelle, à mettre à niveau l’offre du secteur et à restructurer les filières en fonction de leur pertinence sur le marché de l’emploi, cette nouvelle feuille de route relative au développement de la formation professionnelle et du projet de création des «Cités des Métiers et des Compétences»   prévoit la création d’une nouvelle génération de Centres de formation et la modernisation des méthodes pédagogiques, outre l’amélioration de l’employabilité des jeunes à travers des formations qualifiantes de courtes durées.

Les contenus liés

Les articles à la une