Plus de résultats
En ce moment
Hassan Saâda quitte le sol brésilien ce vendredi
Justice

Hassan Saâda quitte le sol brésilien ce vendredi

Modifié le
675

Le boxeur marocain, poursuivi pour agression sexuelle présumée dans le village Olympique de Rio de Janeiro, pourra désormais quitter le territoire brésilien après que la justice lui ait remis son passeport. Il arrivera à Casablanca ce samedi 10 juin à l’aube.


Initialement privé de son document de voyage et sommé de rester sur le territoire brésilien, le pugiliste marocain pourra enfin rentrer au bercail. La justice brésilienne a en effet décidé de lui remettre son passeport, à la demande de la défense de l’athlète marocain. « Nous n'avons cessé de demander, depuis la première audience à laquelle j’ai assisté le 16 décembre dernier, de remettre à Hassan Saâda son passeport pour qu’il puisse continuer sa carrière professionnelle, retrouver sa famille au Maroc, tout en restant à la disposition de la justice brésilienne quand celle-ci en fera la demande », nous précise Nabil Adghoghi, Ambassadeur du Maroc à Brasilia.

Le diplomate, qui a suivi le dossier Saâda de très près, explique que la Cour de Cassation à Brasilia a demandé à la Cour d’Appel de Rio de prendre en considération cette demande. « La justice brésilienne a été attentive aux arguments avancés par la défense », poursuit l’Ambassadeur, qui explique qu'elle a statué ce mercredi 7 juin, à l'unanimité, en faveur de la requête émise par la défense de Hassan Saâda. 

« Nous avons donc immédiatement entamé les démarches nécessaires. Nous avons récupéré son passeport, nous sommes allés chez la police fédérale et nous avons veillé à ce que tout aille bien au niveau de l’aéroport de Rio de Janeiro », poursuit le diplomate. Toutes les dispositions ont été donc prises pour que Hassan Saâda rentre au pays, retrouve sa famille et poursuive sa carrière.

Pour rappel, le pugiliste marocain avait été arrêté en août dernier pour agression sexuelle présumée dans le village Olympique de Rio de Janeiro. L’athlète avait été placé en détention provisoire, avant de se voir confisquer son passeport et d’être remis en liberté provisoire. 

Les contenus liés

Les articles à la une