Plus de résultats
En ce moment
France : Le nouveau recteur de la Grande mosquée de Paris présente ses priorités
Religion

France : Le nouveau recteur de la Grande mosquée de Paris présente ses priorités

2m.ma2m.ma

Chems-eddine Hafiz, le nouveau recteur de la Mosquée de Paris a présenté jeudi le plan de son mandat et les priorités de celui-ci. Elu samedi dernier, c’est lors d’une conférence de presse tenue dans le lieu de culte qu’il a exposé son programme.

Il souhaite ainsi faire de son cheval de bataille la promotion d’un « islam de paix et de concorde », la lutte contre la radicalisation mais aussi la défense de « la dignité des musulmans », rapporte l’agence France-Presse (AFP). « J’ai bien conscience de la tâche délicate qui désormais m’incombe », a-t-il ainsi fait savoir.

Et d’ajouter que la grande mosquée « continuera d’œuvrer » pour la promotion d’un islam « générateur de fraternité, de progrès, de stimulation de la pensée rationnelle ». Avocat de formation, Chems-eddine Hafiz a également souligné que « les musulmans sont chez eux en France, la plupart sont Français. Ils doivent agir (...) en citoyens français ». En retour, « ils doivent être vus (...) comme pleinement citoyens français », se désolant du « raccourci entre fanatisme et islam ».

De plus, le sexagénaire compte aussi mettre toute son énergie au service de la prévention de « toute forme de radicalisation et d’exclusion », jugeant que « l’islam ne saurait être au service des ambitions et stratèges politiques ». Ambitieux, le nouveau recteur n’exclut pas de se présenter aux élections du bureau du Conseil français du culte musulman (CFCM), prévues ce dimanche.

Il pose néanmoins une condition à sa candidature, sur laquelle il souhaite qu’il y ait « consensus avec les autres fédérations » de l’instance.

Pour rappel, Chems-eddine Hafiz a été élu recteur juste après la démission inattendue de Dalil Boubakeur après avoir été à la tête de la Mosquée de Paris durant près de trois décennies.

Concernant les relations avec le gouvernement, le recteur a mis en avant son vœu d’être « le partenaire loyal, fidèle au [chef d’Etat] ». « Nous devons construire ensemble les structures de l’islam en France » a-t-il conclu. Et ce au moment où le président français Emmanuel Macron a promis des annonces pour la lutte contre le communautarisme.


 

Les contenus liés

Les articles à la une