Plus de résultats
En ce moment
Environnement: 500 espèces sont menacées d’extinction d’ici 20 ans
Animaux

Environnement: 500 espèces sont menacées d’extinction d’ici 20 ans

dr
2m.ma2m.ma

La sixième extinction massive de la faune s'accélère, avertissent les scientifiques. Une analyse montre que 500 espèces sont au bord de l’extinction et risquent de disparaître d'ici 20 ans. En comparaison, il aura fallu tout un siècle pour que le même nombre d’espèces disparaissent. Sans la destruction humaine de la nature, il aurait fallu des milliers d’années avant d’arriver à cette hécatombe, déplorent les scientifiques.

Parmi les animaux en danger, on compte le rhinocéros de Sumatra, le roitelet de Clarión, la tortue géante d'Espagne et la grenouille arlequin, les scientifiques ont constaté que celles-ci avaient perdu 94% de leurs populations.

Les chercheurs ont également mis en garde contre un effet domino, la perte d'une espèce peut avoir l’effet boule de neige.  « L'extinction engendre des extinctions", ont-ils déclaré, notant que contrairement à d'autres problèmes environnementaux, l'extinction est irréversible.

Toute l'humanité dépend de la biodiversité, mais avec l’augmentation de la population humaine, la destruction des habitats, le commerce des espèces sauvages, la pollution et la crise climatique c’est toute la planète qui est en danger et des mesures doivent être prises, ont déclaré les scientifiques.

«Lorsque l'humanité extermine d'autres créatures, elle scie la branche sur laquelle elle est assise, détruisant ainsi des parties actives de notre propre système de survie», a déclaré le professeur Paul Ehrlich, de l'Université de Stanford aux États-Unis, qui est l'un des membres de l'équipe de recherche. 

«La conservation des espèces menacées d'extinction devrait être érigée en urgence mondiale pour les gouvernements et les institutions, à la hauteur des perturbations climatiques auxquelles elle est liée.»

«Nous sommes confrontés à notre dernière opportunité de veiller à ce que les nombreux services que la nature nous offre ne soient pas irrémédiablement sabotés», a déclaré le professeur Gerardo Ceballos de l'Université nationale autonome du Mexique, qui a dirigé la recherche, rapporte The Guardian.

L'analyse publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, a examiné les données de 29 400 espèces de vertébrés terrestres compilées par la Liste rouge de l'UICN des espèces menacées et BirdLife International. Les chercheurs ont identifié 515 espèces avec des populations inférieures à 1 000 et environ la moitié d'entre elles en avaient moins de 250. La plupart de ces mammifères, oiseaux, reptiles et amphibiens ont été trouvés dans les régions tropicales et subtropicales.

Les scientifiques ont découvert que 388 espèces de vertébrés terrestres avaient des populations inférieures à 5 000, et la grande majorité (84%) vivait dans les mêmes régions que les espèces comptant moins de 1 000 habitants, créant les conditions d'un effet domino.

Des exemples connus en sont la chasse excessive aux loutres de mer, principal prédateur des oursins a engendré une recrudescence de ces oursins qui ont dévasté les forêts de varech dans la mer de Béring, entraînant l'extinction de la vache de mer mangeuse de varech.

Les chercheurs ont déclaré que leurs résultats pourraient aider les efforts de conservation en mettant en évidence les espèces et les régions nécessitant l'attention la plus urgente.

Le professeur Andy Purvis, au Natural History Museum de Londres, et ne faisant pas partie de la nouvelle analyse, a déclaré que «la crise de la biodiversité est réelle et urgente. Mais - et c'est le point crucial - il n'est pas trop tard. Pour passer à un monde durable, nous devons marcher plus légèrement sur la planète. Jusque-là, nous privons essentiellement les générations futures de leur héritage. »

Mark Wright, directeur des sciences au WWF, a déclaré : « Les chiffres de cette recherche sont choquants. Cependant, il y a encore de l’espoir. Si nous arrêtons l’accaparement des terres et la déforestation dévastatrice dans des pays comme le Brésil, nous pouvons commencer à plier la courbe de la perte de biodiversité et du changement climatique. Mais nous avons besoin d’une ambition mondiale pour y parvenir. »

Ces résultats soulignent à nouveau l’extrême urgence de prendre des mesures mondiales très rapides pour sauver les espèces sauvages et les systèmes vitaux essentiels à l’humanité.

 

Les contenus liés

Les articles à la une