Plus de résultats
En ce moment
Don du Sang : une culture peu répandue chez les marocains
Santé

Don du Sang : une culture peu répandue chez les marocains

Yza CherqiYza Cherqi

Célébrée le 05 décembre de chaque année, la journée nationale du don de sang est l’occasion d’éveiller les consciences et de sensibiliser à l'importance de ce geste  salvateur pour les personnes qui en ont besoin.

Grâce aux dons de sang des citoyens, des milliers de vies sont sauvées chaque jour dans notre pays. Cet acte d’altruisme est capable d’assurer la qualité, la sécurité et la disponibilité de sang et de produits sanguins pour les nécessiteux. Utilisées lors d’actes médicaux et chirurgicaux complexes ces transfusions, aident à prolonger la vie des individus souffrant de maladies mortelles et à améliorer leur qualité de vie. Et pourtant, les Marocains n’expriment pas un véritable engouement pour le don de sang. Dans les centres de transfusion sanguine du pays, le temps est à la mobilisation pour reconstituer les stocks de sang, qui s’épuisent jour après jour.

Selon Mohamed Benajiba, le directeur du Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie (CNTSH), Mohamed Benajiba, les besoins en sang au niveau national, augmentent depuis 2012 à une fréquence moyenne annuelle de 22%, alors que le nombre de donneurs de sang n’évolue qu’à une fréquence annuelle moyenne de 6%.

Chaque année, c’est le même constat qui se présente: les stocks de sang atteignent des seuils critiques dans différents centres régionaux de transfusion sanguine. Les malades qui ont en besoin sont obligés d’attendre et dans certains cas, faute d’en trouver, ils peuvent carrément mourir. Une situation dramatique à laquelle font face quotidiennement les Marocains. Dernier cas en date: le drame de Bouknadel, qui s’est produit, mardi 16 octobre 2018, avec le terrible déraillement du train, causant 7 morts et 125 blessés. Ces derniers, dont la plupart ont été hospitalisés au CHU Ibnou Sina de Rabat, ont été confrontés au manque de sang. Ce qui a poussé les Marocains à lancer très spontanément, sur les réseaux sociaux, des campagnes de collecte de sang. Un appel de solidarité auquel de nombreux Marocains répondu.

Le nombre de donneurs de sang avait enregistré un pic de quelque 120 personnes par jour rien qu’au niveau de l’unité située à Bab El Had. le Centre régional de transfusion sanguine de Rabat avait reçu plus de 600 donneurs quotidiennement en ce temps-là. Ce formidable geste de solidarité témoigne certainement des valeurs d’aide et d’assistance à personnes en danger qui caractérisent historiquement les Marocains. Mais passé ce geste exceptionnel, la situation redevient comme elle était: la pénurie règne en maître dans ce milieu médical ultra stratégique pour la santé des gens. Régulièrement, le centre de Rabat, considéré comme le plus important dans le pays, lance des alertes à la pénurie qui ne sont pas toujours suivies.

Les contenus liés

Les articles à la une