Plus de résultats
En ce moment
Covid-19/Europe : trois applications de traçage désormais interconnectées
Coronavirus

Covid-19/Europe : trois applications de traçage désormais interconnectées

2M.ma2M.ma

Le système européen qui régit les applications de traçage des cas de coronavirus est partiellement opérationnel. Désormais, trois application sont interconnectés, d’autres le seront au cours de cette semaine et un troisième groupe, en novembre.

En effet, les systèmes mis en place en Allemagne, en Italie et en Irlande fonctionnent déjà par-delà les frontières, et ce dans le cadre d’un système qui peut concerner au total 20 pays européens, a annoncé la Commission Européenne.

D’après la même source, les premières applications à être connectées sont "Corona-Warn-App" en Allemagne, "COVID tracker" en Irlande et "Immuni" en Italie ; elles ont été téléchargées par quelque 30 millions de personnes, soit les deux tiers des téléchargements d’applications de traçage dans l’Union Européenne.

A partir de cette semaine, un deuxième groupe d’applications qui concernent la République Tchèque, le Danemark, la Lettonie et l’Espagne, doit être connecté.

"Alors que le nombre de cas repart à la hausse, ces applications peuvent jouer un rôle important pour nous aider à briser les chaînes de transmission", a estimé la commissaire à la Santé, Stella Kyriakides.

Selon la commission, l’échange de données avec le serveur passerelle est réduit au minimum et les informations sont "pseudonymisées, cryptées, limitées".

A souligner que le système qui permet cette interconnexion ne fonctionne pas avec les applications basées sur un protocole "centralisé" choisies par la France et la Hongrie. La Commission avait déjà indiqué en septembre que l'application de traçage française "StopCovid" n'est pas associée à la phase de test du projet, en raison de son architecture.

Pour rappel, le système "passerelle" conçu par la Commission européenne est maintenant opérationnel grâce à une phase de test d’interopérabilité effectuée en septembre dernier. Il ne concerne toutefois que les applications dites "décentralisées", déjà mises en place dans 17 pays de l'UE et en projet dans trois autres. 

 

 

Les contenus liés

Les articles à la une