Plus de résultats
En ce moment
Covid-19: Pourquoi le Maroc maintient le traitement à la chloroquine ? Ait Tale…
Covid-19

Covid-19: Pourquoi le Maroc maintient le traitement à la chloroquine ? Ait Taleb s'explique

DR
2M.ma2M.ma

Interrogé sur le choix du Royaume d'utiliser la chloroquine comme traitement contre la Covid-19, malgré la suspension des essais cliniques par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, a apporté les réponses suivantes durant son passage dans "Faites Entrer L'Invité",  mardi 29 septembre, sur Radio 2M.

Pour le Ministre Ait Taleb, il s'agit "d'une question qui a suscité beaucoup de débat, et qui a fait couler beaucoup d'encre". Le responsable estime tout d'abord que "la chloroquine est un produit qui n'est pas cher et qui est accessible". 

Même en l'absence," au jour d'aujourd'hui d'un remède contre le virus", le Ministre affirme que "la chloroquine avait fait ses preuves dès le démarrage de la riposte anti-covid". Et d'explique, "Maintenant y'a des essais cliniques pendant la pandémie et des utilisations de fortune comme peut préconiser et au vu de certaines études, la chloroquine avait quand même une efficacité contre l'entrée du virus au niveau de la cellule, pour ne pas infecter l'organisme. Son rôle est de diminuer, au début, la charge virale et la contagion."

Un choix "souverain"

Alors que d'autres pays n'utilisent plus la chloroquine comme traitement, le ministre avance que d'autres "se sont attachés davantage à la chloroquine, comme le Russie qui est revenu sur le traitement, le Brésil et certains pays d'Afrique aussi".Et de poursuivre, "nous avons au Maroc des résultats probants et satisfaisants depuis que nous avons adopté ce traitement, bien évidement suivant les recommandations du comité technique et scientifique". 

"Je ne pense que nous allons abandonner l'utilisation du traitement en se basant sur le fait l'OMS a juste suspendu les essais cliniques et n'a pas interdit et arrêté le protocole. Et dans cette histoire là, chaque pays a sa propre souveraineté.", conclut-il. 

(Pour regarder l'émission intégrale, cliquez ici)

 

Les contenus liés

Les articles à la une