Plus de résultats
En ce moment
Coup d'envoi d'une campagne de sensibilisation relative à la loi sur le travail…
Casablanca

Coup d'envoi d'une campagne de sensibilisation relative à la loi sur le travail domestique

2M.ma avec MAP2M.ma avec MAP

L’association Insaf a lancé, mercredi à Casablanca, une campagne de sensibilisation relative à la loi sur le travail domestique, entrée en vigueur le 1er octobre, particulièrement la partie liée à l’emploi des petites bonnes.

Dans ce contexte, la présidente de l’association, Meriem Othmani a indiqué lors d’un point de presse, que cette campagne vise à faire connaître l’article 19.12 qui définit les conditions d’embauche des employés domestiques.

Elle a souligné que les personnes qui emploient des filles de moins de 16 ans encourent des peines allant d’un an à 3 ans et des amendes allant de 25.000 à 30.000 dh.

Pour Othmani, le but majeur de la campagne et de faire médiatiser cette loi auprès du grand public via les réseaux sociaux.

Pour sa part, la directrice Emploi au ministère de l’emploi et de l’insertion professionnelle, Salima Admi, a indiqué que le Royaume a cumulé une longue expérience en matière d’initiatives publiques au profit des enfants en adoptant des stratégies qui épousent parfaitement l’esprit des conventions internationales et onusiennes sur cette question.

La nouvelle loi, a-t-elle expliqué, vient combler un vide législatif et renforcer les mesures mises en place par le Code de travail.

La loi n° 19.12 vient règlementer, pour la première fois, le travail des jeunes travailleurs domestiques et des mineures communément qualifiées de "petites bonnes" et poser un cadre juridique qui préservera leurs droits et leur dignité.

Ainsi, le texte fixe à 18 ans l'âge minimal des employés de maison avec, toutefois et durant une période transitoire de cinq ans à partir de la date de son entrée en vigueur, la possibilité d'employer des personnes âgées entre 16 et 18 ans en tant que travailleuses ou travailleurs domestiques "à condition d'obtenir une autorisation écrite de leurs tuteurs dont la signature est légalisée, aux fins de signer le contrat de travail les concernant".

Les contenus liés

Les articles à la une