Plus de résultats
En ce moment
Chaimae Chekkar, la photographe qui déconstruit les préjugés liés du genre et d…
Culture

Chaimae Chekkar, la photographe qui déconstruit les préjugés liés du genre et de la masculinité

"انت" (ANTA/ANTI), c’est la fameuse série de photographies qui fait parler d’elle ces dernières semaines. Et à juste titre. À travers ce projet,  la masculinité et le genre sont complètement réinventés et déconstruits. Derrière cette initiative, Chaimae Chekkar, une jeune photographe qui a choisi de se baser sur deux couleurs, le rose et le bleu, pour mieux transmettre son message. L'artiste autodidacte de 29 ans nous explique sa démarche. 

Contactée par 2M.ma, Chaimae Chekkar explique qu'elle s'est lancée dans ce projet, suite à une série de formations basées sur le genre et la masculinité; organisées par l'association Maroc volontaires.  

En effet, c’était une résidence artistique lors de laquelle ce sont 13 artistes qui ont participé à reconstruire les images stéréotypées fondées  sur l’inégalité entre les deux sexes, rassemblant ainsi plusieurs disciplines artistiques. En effet, la photographie, la vidéo et des pièces théâtrales ont été combinées pour réaliser une performance qui touche cette thématique. Sous la houlette du metteur en scène Nabil El Mansouri, toutes les propositions des participants du projet « L’art et les masculinités » ont été retenues.

Pour mener à bien sa mission, Chaimae Chekkar est partie de deux couleurs qui découlent des stéréotypes classiques soit le rose représentant la femme et le bleu correspondant à l’homme. « Nous avons utilisé ces couleurs de manière à contredire ces préjugés.  "انت" (ANTA/ANTI) c’est tout simplement l'Homme en général, sans aucune classification de genre. » Et à l’artiste d’ajouter : «  il n’y a pas de modèle prédéfini, l’objectif c’est de sortir du cercle de la normalité et surtout la violence fait à l'égard des femmes et des hommes pour finalement contribuer à la surveillance des stéréotypes fondés sur la discrimination et la violence au nom de la virilité normalisée. »

Une initiative engagée

Il a fallu à l'artiste à peine dix jours pour développer ce projet, mené dans le cadre du programme régional « Hommes et Femmes pour l’égalité des sexes » d’ONU Femmes Maghreb et suivi par Quartier du monde.

La série est composée de 11 clichés qui racontent le cycle de vie de l’humanité, et ce, de la création jusqu’à la mort, en passant par différentes étapes importantes de la vie : le mariage, l'éducation, le désir... "Ceci dans le but d'établir un équilibre social, en introduisant une égalité sur cette thématique", précise la jeune femme. La série a ainsi été exposée notamment à l'occasion du lancement de la campagne d'ONU Femmes à Rabat. 

Une photographe autodidacte

Chaimae Chekkar est une jeune photographe marocaine autodidacte. Elle a commencé la photo en 2012 après avoir touché au dessin. Dès 2013, elle a commencé à se distinguer en remportant plusieurs prix à l’échelle nationale et internationale. elle a notamment été sélectionnée en octobre 2012 parmi les 10 premiers photographes au concours photo nationale organisé par L'association Marocaine de Design et Photography. Le dernier événement en date, a été sa participation à la première édition du festival International de l’art photographique au théâtre Mohammed V de Rabat en juillet dernier.

 

Pour Chaimae, la photographie permet de s’offrir un instant de méditation, « c'est le seul moyen où je peux m’exprimer et transmettre mes messages. C’est une vraie liberté pour moi, une vraie relation d’amour avec un monde artistique plein de sensations et d’émotions qui nous échappent à l’œil nu. » Cependant, l’artiste ne pratique pas seulement la photographie mais également la vidéo, sauf qu’elle prend son pied face à l’objectif de son appareil photo.

Deux nouvelles séries en cours

Son empreinte est assez singulière car elle est portée sur la symbolique et tout ce qui est abstrait, une façon pour elle d’exprimer la profondeur du message qu’elle veut faire passer à travers ses clichés, « pour moi c’est philosophique, ça va au-delà de la réalité. » L’image en elle-même est un parole pour cette autodidacte, « on voit chaque jour de multiples photos dans les journaux et les publicités qui visent un objectif. La photo attire l’attention de l’oeil afin de mieux informer l’esprit, elle facilite la lecture pour tous les membres de la communauté », soutient-elle.

Du haut de ses 29 ans, la jeune Rbatia se dit très inspirée dans sa passion et ce depuis ses 9 ans de grands artistes, ceux qui ont rythmé son enfance. De Salvador Dali à Man ray ne passant par Franco Fontana ou encore Aleksey Bedny, elle puise chez les plus grands. Entourée de nombreux amis photographes, cette professionnelle adore prendre sa famille en photo, dit-elle.

Du côté des études, Chaimae Chekkar était aux antipodes du monde artistique, « j’étais technicienne spécialisée en automatisation et instrumentation industrielle. J’ai travaillé pendant 5 ans dans un bureau d’étude avant de tout plaquer, pour ma passion. » Et en ce qui concerne ses rêves et les perspectives d’avenir, la jeune femme travaille sur deux nouveaux projets artistiques. « Ce sera une série dédiée entièrement à la femme et ses évolutions à travers les siècles », conclut Chaimae. Quant à la seconde, ce sera une série abstraite qui traitera énormément de sujets d’actualité.

Les contenus liés

Les articles à la une