Plus de résultats
En ce moment
Boris Johnson entame les négociations sur le Brexit avec la chancelière Merkel …
Politique

Boris Johnson entame les négociations sur le Brexit avec la chancelière Merkel et le président Macron

2M, Agences2M, Agences

La Grande-Bretagne « ne peut accepter » en l'état l'accord actuel de divorce avec l'Union européenne, a prévenu mercredi soir à Berlin son premier ministre Boris Johnson, réclamant la suppression du mécanisme controversé de « filet de sécurité ».

Cet accord et son mécanisme prévu pour empêcher la création d'une frontière entre Irlande du Nord et République d'Irlande rend le Royaume-Uni « prisonnier » du cadre juridique de l'UE et doit être « supprimé », a-t-il déclaré à la presse.

La chancelière allemande Angela Merkel, qui a reçu à Berlin, le premier ministre Boris Johnson, a jugé possible de parvenir dans les « 30 jours » à un accord négocié pour une sortie de la Grande-Bretagne de l'UE contournant le blocage autour du mécanisme de « filet de sécurité ».


Ce mécanisme controversé a été jusqu'ici conçu comme police d'assurance jusqu'à ce que le Royaume-Uni et les 27 trouvent une solution pour définir leurs relations futures et ce dans un délai de deux ans.

On peut y arriver "dans les 30 prochains jours, pourquoi pas ?" et alors le filet de sécurité serait inutile, a déclaré Angela Merkel, en appelant à « faire des efforts pour y parvenir ».

Dans ce même cadre, pour la deuxième étape de sa première tournée à l’étranger, Boris Johnson rencontre jeudi à Paris le président français Emmanuel Macron, « lequel devrait réaffirmer la fermeté de la France face aux demandes de renégociation du Brexit », selon l’AFP.

« J'attends des clarifications de Boris Johnson », a déclaré le président français, tout en souhaitant que les discussions avec Londres sur le Brexit soient « les plus amicales et confraternelles » possibles, ajoute la même source.

 

Les contenus liés

Les articles à la une