Plus de résultats
En ce moment
Algérie: après des magistrats, des maires refusent d'encadrer la présidentielle…
Politique

Algérie: après des magistrats, des maires refusent d'encadrer la présidentielle du 4 juillet

2M.ma2M.ma

Une quarantaine de maires sur les 1.500 que compte l'Algérie ont annoncé, dimanche, leur refus d'encadrer l'élection présidentielle du 4 juillet, en signe de soutien à la contestation en cours contre le régime.

En Algérie, les mairies jouent un rôle important dans la supervision des listes électorales, et l'organisation matérielle du scrutin, le déroulement des opérations de vote et le dépouillement des suffrages.

Ces maires emboîtent ainsi le pas à certains magistrats, autre maillon important dans l'organisation des scrutins algériens, qui ont annoncé lundi dernier leur décision de boycotter la supervision de l'élection présidentielle du 4 juillet 2019. 
Dans un communiqué, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD, opposition), a exprimé le "refus collectif et catégorique de tous ses élus" d'organiser et encadrer cette élection, la qualifiant de "simulacre".

Le RCD contrôle 37 Assemblées populaires communales (APC, mairies), principalement à Tizi Ouzou et Béjaïa (100 et 250 km à l'est d'Alger), les deux principales wilayas (régions administratives) de la Kabylie, une région particulièrement mobilisée.

L'Algérie compte 1.541 mairies, contrôlées majoritairement par le Front de libération nationale (FLN) et son allié le Rassemblement national démocratique (RND), deux partis vilipendés par les manifestants pour leur gestion du pays durant les 20 ans de règne de Bouteflika.
Le président par intérim Abdelkader Bensalah a annoncé mercredi dernier l'organisation d'un scrutin présidentiel le 4 juillet, pour trouver un successeur à Abdelaziz Bouteflika, qui a démissionné après avoir été lâché par l'armée à l'issue de plusieurs semaines de manifestations monstres.

Pour les protestataires algériens, les structures et personnalités issues du "système" mis en place par M. Bouteflika, chargées d'organiser la présidentielle devant élire son successeur le 4 juillet, ne permettent pas de garantir un scrutin libre et équitable.

Les contenus liés

Les articles à la une