Plus de résultats
En ce moment
Immersion dans les coulisses de Kalîla wa Dimna, le premier opéra en langue ara…
Culture

Immersion dans les coulisses de Kalîla wa Dimna, le premier opéra en langue arabe (Reportage)

Modifié le
149

Du 23 mars et jusqu’au 1er Avril, le Festival International de Théâtre de Casablanca prend ses quartiers dans les différentes salles de la métropole.

Pour cette 12e édition, c’est l’opéra Kalîla wa Dimna qui ouvre le bal. Joué pour la première fois dans un pays arabe, ce grand classique de la littérature revisité a réuni hier une pléiade d’artistes des quatre coins du monde :  compositeur palestinien, metteur en scène français, librettiste syrien, musiciens et chanteurs turcs et arabes . Un métissage qui n’a pas manqué de séduire les Casablancais, un public particulièrement difficile à conquérir. 2m.ma était dans la salle.

• • •

C’est l’une des productions scéniques les plus créatives dans le monde. Né d’une adaptation d’une fable animalière du Vlle siècle, l’opéra Kalîla wa dimna raconte l'histoire d’un roi autoritaire et de son conseiller, Dimna, obsédé par le pouvoir. Dimna présente au roi (Le Lion) le poète Chatraba. Les deux deviennent vite amis au grand dam de la reine-mère de Dimna (Le Chacal). Dimna sort la rumeur que Chatraba attise la révolte auprès du peuple pour le faire exécuter et parvient à ses fins. Le poète sera assassiné.

Fruit de cinq années de travail, ce conte ancré dans le patrimoine arabe est ainsi devenu une histoire contemporaine. Son compositeur Palestinien Moneim Adwan a fait appel à des interprètes de tous les coins du monde : Maroc, Tunisie, Liban, Palestine et Turquie.

Les répétitions, qui ont duré plus d’un an et demi se sont déroulées sur Skype. Un moyen sans frontières pour déjouer tous les obstacles relatifs à l’obtention de visas. « La plupart des répétitions se sont faites sur Skype pour que les chanteurs apprennent leur texte, le livret a été écrit grâce à Viber et à Dropbox », a fait savoir le compositeur Monein Adwan.

Lancé hier, le festival casablancais se poursuit jusqu’au 1er Avril. Plusieurs spectacles sont à l’affiche à savoir « Maqamat de Badi Azzaman Al Hamadani » de Taieb Seddiki ou « Shakespeare in heart », mis en scène par Lahcen Zinoun ainsi que « Fikoum Fikoum » de Nabil El Mansouri. Des activités parallèles et des workshops seront donnés pendant tout le festival. 

Les contenus liés

Les articles à la une