Plus de résultats
En ce moment
Perte de connaissance : Quand faut-il s’inquiéter ?
Santé

Perte de connaissance : Quand faut-il s’inquiéter ?

La syncope ou perte de connaissance, communément appelée l’évanouissement se traduit par une brève perte de contact avec la réalité et/ou le monde extérieur. Elle est souvent sans gravité mais peut, toutefois, être, révélatrice de certains malaises dangereux qui nécessiteraient une prise en charge urgente…

Docteur Naila MIDAFI, neurologue, nous liste quelques signes d’alertes qui sont jugés alarmants pour aider le médecin spécialiste à établir le diagnostic :

  1. La durée de la perte de conscience : Elle est courte et bénigne lorsqu’elle ne dépasse pas les 3 minutes. Elle est considérée longue : Elle peut durer entre 10 minutes et une demi-heure.
  2. La nature de la perte  de conscience : si la rupture avec le monde extérieur est totale ou incomplète, ce qui correspond à un état d’étourdissement, la victime peut entendre son entourage mais ne peut pas réagir.
  3. Les circonstances et les facteurs déclenchants : Environnement, lieux confinés, stress, effort intense…

Quand faut-il s’alarmer ?

  • Quand la perte de connaissance est associée à un traumatisme crânien : le premier réflexe est de poser questions simples à la victime (Le Nom, l’endroit où il se trouve...) pour stimuler sa conscience
  • Quand la perte de conscience est accompagnée de mouvements toniques : ou de mouvements convulsifs, morsure de la langue… La syncope renvoie à un état épileptique d’où l’importance de retenir la durée de la perte de connaissance et de surveiller l’état de la victime après le malaise.
  • Quand la syncope est accompagnée d’essoufflement et d’arythmies : elle pourrait être un signe avantcoureur d’un malaise cardiaque…
  • Quand la syncope est accompagnée d’une paralysie provisoire d’un bras, une jambe ou parfois des troubles de la vision : cela pourrait alerter sur des accidents vasculaires passagers qui en cacheraient d’autres accidents plus graves.
  • Quand la perte de conscience est prolongée voire profonde (coma) : Le premier réflexe est de vérifier régulièrement la respiration de la victime, faire appeler les secours… Essayez d’allonger la victime sur le côté (position latérale), lui soulever la tête puis décoller la langue du fond de la gorge pour dégager les voies aériennes. Toutefois, si le malaise est associé à un traumatisme crânien ou à une chute, il ne faut surtout pas bouger la victime. Si la victime ne respire pas, il est conseillé de couvrir la victime pour la réchauffer et effectuer un massage cardiaque…

 

 

Les contenus liés

Les articles à la une